Suivez-nous sur :

Critique Transformers Age of Extinction : La claque visuelle de l'année

Dans Critiques par Curry, le 16 Juil. 2014 à 18:07

Découvrez sans plus attendre la critique de Transformers Age Of Extinction. Le blockbuster qui met tout le monde d'accord.

Michael Bay déjà à l'origine des trois premiers volets, revient cette fois-ci encore à l'oeuvre avec un tout nouveau casting. Et un toute nouvelle histoire aussi ? Mouais, mais ne vous attendez pas à quelque chose d'étoffé. D'une part car ça ne l'est pas et de l'autre car c'est Ehren Kruger qui est aux commandes. L'histoire n'est pas complètement à jeter mais elle est parfois brouillonne. 

Dans ce quatrième épisode on suit l'histoire de Cade Yaeger, un inventeur texan et de sa fille Tessa, jeune étudiante qui met des mini-shorts. Cette dernière, très très jolie au passage, sort avec un certain Shane, pilote de rallye parce que ça rend bien service à certains moments de l'histoire. Mélangez le tout et vous obtenez le casting probable de la nouvelle trilogie. La sauce fonctionne plutôt pas mal puisque l'on oublie totalement Shia Laboeuf et ses acolytes. Nos trois nouveaux héros se retrouvent mêlés malgré eux à un nouveau conflit qui vise à éradiquer l'espèce humaine et les Transformers. Un homme du nom d'Harold Attinger a lancé un ordre afin d'éliminer autobots et decepticons suite aux événements de Chicago. Optimus et les siens se cachent des humains. Il en veut à ces derniers et a perdu foi en eux. Les humains fabriquent désormais leurs propres Transformers depuis qu'ils ont en leur possession le métal dont ils sont faits. Le tout sous l'impulsion de Joshua, interprété par Stanley Tucci, et qui est parfait dans son rôle de scientifique un peu fou fou. Il est à l'origine de la colère des autobots puisqu'il se sert des dépouilles de ces derniers pour effectuer ses recherches. 

C'est d'ailleurs un plaisir de voir les autobots mépriser les humains à tel point qu'ils soient prêts à les tuer. C'est sans doute ce point qui a permis à Michael Bay de développer la psychologie de ses robots. Chacun des cinq autobots à sa propre personnalité et ça les met en valeur. Mention spéciale pour Hound qui est le digne successeur d'Ironhide et à Crosshairs pour son côté un peu "psychopathe". Et quoi dire du grand méchant du film, Lockdown, grande classe, charismatique, effrayant, il tient le film à lui seul et est ce que Megatron et Shockwave auraient dû être dans les films précédents. Les combats entre Optimus et Lockdown sont intenses et très bien foutus. D'ailleurs le film ne nous laisse pas une seconde de répit et cela pour notre plus grand plaisir. Le film démarre réellement après une petite demi heure de temps et les événements s'enchaînent à vitesse grand V. De la petite ferme texane de Cade à Hong Kong en passant par Chicago et Pékin, on en prend plein la gueule. Excusez moi du terme mais visuellement parlant le film est clairement un claque et surclasse aisément la concurrence. Petite déception du côté des Dinobots qui sont très impressionnants mais que l'on ne voit pas assez. Mais cela sera sans doute corrigé dans le prochain volet. 

Michael Bay s'est fait plaisir et on le ressent à l'écran. Il a une esthétique très particulière et j'aime beaucoup la manière dont il traite les couleurs à l'écran. Cependant, dans la mise en scène, il s'est également appuyé sur des plans qu'il avait déjà imaginé pour la première trilogie. Certaines animations ont été "recyclées" mais vraiment rien de méchant.  Avec un peu de recul, on se rend aussi compte que les films sont montés de la même manière. Un peu comme les films Retour Vers Le Futur qui avait la même structure narrative. Une trilogie qui avait été descendue par les critiques à sa sortie mais qui aujourd'hui est culte. 

En tout cas le travail des équipes d'ILM doit être salué, ils ont fourni un travail monstre sous les exigences de Michael Bay. Ce qui est sur c'est qu'ils auront encore du boulot puisque la fin du film ouvre clairement la porte à un cinquième épisode. Et Il est malin le Michael car malgré le fait qu'il ait annoncé que ce serait (encore) son dernier Transformers, en ouvrant sur un cinquième film il se donne clairement une longueur d'avance si il veut le réaliser. 

17

Transformers Age Of Extinction peut être un cadeau pour les uns, un supplice pour les autres mais ce qui est sur c'est que c'est LA claque visuelle de l'année pour tous.

Sujets : Transformers Transformers 4 TF4 Transformers Age Of Extinction Michael Bay Mark Wahlberg Stanley Tucci Kelsey Grammer Li Bing Bing Nicola Peltz Jack Reynor critique Transformers critique Transformers Age of Exctinction critique Transformers 4

D'autres Critiques

Commentaires