Suivez-nous sur :

Test God Of War : le retour triomphant du dieu de la guerre

Dans Tests par XtaZe, le 22 Avr. 2018 à 19:39

Kratos est de retour plus sage et plus puissant que jamais dans notre test de God Of War.

Huit ans que l'on attend. Huit longues années depuis God of War 3 pendant lesquelles on ne savait pas ce qui était arrivé au fantôme de Sparte après son combat contre Zeus. Que lui est-il arrivé ? Est-il toujours en forme ? Réponse tout de suite

Papy fait de la Résistance

Après son combat contre Zeus, Kratos a quitté  sa terre natale pour s'expatrier dans les terres lointaines du Nord. Fini les dieux grecs, ce sont les dieux nordiques qui dominent ici. Mais la quête de Kratos n'est pas de mettre à nouveau les dieux à genou. Vieillissant, plus sage et possédant un fils désormais du nom d'Atreus, sa quête est plus noble et basique : répandre les cendres de sa défunte femme du haut du plus haut sommet de Midgard. Fini la vengeance, on s'est enfin résolu à vivre une vie faite de simplicité mais évidemment jamais rien n'est simple dans les God of War.

Vous l'aurez donc compris, la quête principale de Kratos et d'Atreus est relativement bateau et bien loin de ce que nous proposaient les trois précédents opus principaux mais cela n'empêchera pas de vivres des moments mythiques.

Mais Kratos et Atreus ne seront pas seuls. Ils rencontreront certains personnages forts utiles et les plus utiles seront Brok et Sindri, les frères nains qui vous permettront d'acheter des armes ou de nouvelles pièces d'armures ou encore des talismans à équiper à votre stuff. Mais outre leur rôle de forgeron, ils serviront de duo comique lors de l'aventure pour donner une touche d'humour pas forcément désagréable à l'histoire.

Ce God of War n'est donc plus une histoire de vengeance mais une histoire de famille. Plus intimiste, on découvre un Kratos plus humain que jamais. Et même s'il sermonne parfois son fils, on découvre une part du fantôme de Sparte qui ne pensait pas exister auparavant. Le Dieu de la guerre éprouve des sentiments, s'inquiète pour son fils, et il me semble même l'avoir vu verser une larme après l'incinération de sa femme.

Bref, le Kratos que l'on connaissait à bien changé et la présence d'Atreus y est pour beaucoup. Si Kratos est devenu sage en dehors des jeux, Atreus, quant à lui, subit une évolution dans le jeu. A force de traîner avec son père, il passera du gamin énervant et imprudent qui correspond parfaitement à son âge à une personne réfléchi qui souhaite faire honneur à son père. D'ailleurs, il ne serait pas étonnant de voir Atreus prendre une place encore plus importante par la suite, car suite il y aura, c'est sûr et certain au vu de la fin. Mais le changement de caractère du personnage n'est pas le seul changement radical du jeu.

Que c'est bon d'être un dieu !

En effet, les précédents God of War étaient du beat them all pur et dur. Comme on ne change pas une recette qui gagne, on a gardé le tout mais en y ajoutant des composantes RPG pour vivre avec son temps et le tout dans un monde semi-ouvert ultra vaste et qui plus est très rempli. On pourra simplement reprocher à Sony Santa Monica de faire du forcing quant à l'exploration de ce monde riche pour nous pousser à explorer plutôt que d'avancer directement dans la quête principale. Et d'ailleurs, si vous comptez finir le jeu le plus rapidement possible, comptez au moins une vingtaine d'heures rien qu'en mode histoire. Les autres modes de jeu rajoutant une difficulté supplémentaire, il faudra sans doute compter quelques heures en plus selon votre skill. Et si vraiment vous êtes téméraires, le mode God of War vous fera comprendra que la difficulté des Dark Souls et autres Bloddborne ne sont rien à côté. Et si vous souhaitez rajouter une difficulté supplémentaire, vous pouvez supprimer partiellement ou totalement l'ATH et les indications à l'écran.

Mais pour en revenir au côté RPG, et pour en revenir à ce que l'on disait plus haut, Kratos pourra désormais s'équiper de stuff et améliorer ses armes. En effet, oubliez les lames du chaos, Kratos se bat désormais avec la hache Leviathan. Mais outre la hache, Kratos peut désormais se battre à mains nues notamment grâce à la rage de Sparte qui permet d'évincer les ennemis d'une traite. Le tout pour des moves dévastateurs comme seul en est capable le dieu de la guerre.

Outre cela, on retrouve une autre caractéristique essentiel du RPG, l'arbre de compétence qui permet notamment d'améliorer vos combos, vos techniques au bouclier mais également les compétences d'Atreus.

Comme à chaque opus, God of War regorge d'un bestiaire fourni. Et petite nouveauté cette fois-ci, les astuces du bestiaire. Après avoir éliminé un ennemi pour la première fois, vous trouverez dans les menus des indications sur comment vaincre les ennemis ou leur spécifité comme le fait qu'il explose avant de mourir par exemple.

Et comme le veut la tradition du monde ouvert, God of War regorge de choses à faire mais surtout de collectibles à récupérer et d'ailleurs God of War fait fort puisqu'il y en a partout. Vous savez ces collectibles qui n'ont pour seul but de rallonger un peu la durée de vie si vous souhaitez tous les obtenir ? Du remplissage facile. Cependant ce ne sont pas les seuls à côté et vous pourrez affronter des Valkyries, sauver des dragons et explorer les 9 royaumes. Mais en parlant de collectibles, on retrouve ceux des anciens God of War avec la pomme d'iduun et l'hydromel qui permettent respectivement d'augmenter la santé et la barre de rage lorsque vous en récupérez 3.

On pourrait tout de même reprocher à cet opus un manque de boss. Certes, le jeu ne peut pas faire aussi bien que God of War 3 qui avait un boss presque toutes les 30 secondes mais ici, on se retrouve avec des mini-boss qui sont toujours les mêmes, qui se vainquent de la même façon sans réelle différence de mise à mort. Mais pour les quelques autres réels boss, les combats restent particulièrement plaisant notamment celui contre l'Etranger. Mais en dehors de ça, God of War a gardé ses énigmes qui demanderont un peu de réflexion, même si elles sont accessibles au plus grand nombre.

La PS4 mise à mal

Comment ne pas parler de God of War sans citer ses graphismes sublimes ? Tout frôle la perfection et ce même dans les détails. Le jeu est tellement beau qu'on ne fait plus la différence entre les cinématiques et le jeu. Tout simplement parce qu'il n'y a pas de différences d'abord mais également parce que le jeu est un long plan séquence du début à la fin. Enfin presque... car les développeurs ont quand même trouvé quelques astuces pour tricher à coup d'écrans noirs ou de gros flashs blancs mais ils se font assez rares. De plus, un jeu de la trempe de God of War consomme énormément de ressources, il n'est donc pas rare que le jeu stoppe net pour charger, ce qui malheureusement casse le rythme de l'aventure même si, encore une fois, ces soucis se font rares.

Mais ce qui n'est pas rare, ce sera la transformation de votre PS4 en avion. God Of War avait vaincu les dieux, il s'attaque désormais à votre PS4. Même sur PS4 Pro, la console souffle à n'en plus pouvoir tellement elle est mise à mal. D'un côté, c'est encourageant de se dire que l'on a un jeu qui profite de tout le potentiel de la console mais d'un autre côté, c'est triste de se dire que l'on ne pourra pas faire mieux sur cette gen de consoles, même si God of War fait déjà très très fort.

Enfin, sachez qu'il est possible de choisir entre un mode résolution ou un mode performance sur la PS4 Pro afin d'avoir soit une meilleure résolution, soit un framerate plus élevé. Mais même en mode résolution, le framerate reste généralement stable et correct.

Du nectar pour les oreilles

God Of War a toujours proposé des musiques épiques. Ces dernières se font plus discrètes dans cet opus mais restent tout de même d'une grande qualité et certaines vous marqueront probablement tant elles restent en tête et sont jouées à tue-tête.

Pour ce qui est des bruitages, ils sont également excellents et il n'y a rien à redire dessus. Et pour ce qui est du voice acting, il correspond parfaitement aux personnages qui savent dégager les émotions nécessaires afin de tenir le joueur en haleine du début à la fin et de provoquer chez lui également des émotions. On notera peut être juste très très rarement des problèmes de synchro en VF notamment sur les gros plans où on c'est très remarquable.

Notre test vidéo de God of War

Les plus

  • Enfin le retour de Kratos !
  • La relation Atreus/Kratos touchante
  • L'évolution d'Atreus
  • Très beau
  • Jouissif à souhait
  • Un changement radical et réussi
  • Très bonne durée de vie
  • Un magnifique plan séquence ininterrompu ou presque
  • Un Kratos plus humain
  • BO excellente
  • Brok et Sindri, la touche d'humour qui fait plaisir
  • Des tas de choses à faire
  • Choisir entre la résolution ou la performance
  • Le combat contre l'Etranger
  • Une fin qui annonce une suite

Les moins

  • Atreus, énervant par moment
  • Les collectibles remplissages
  • Forcing pour explorer
  • Les combats contre les trolls et les orcs répétitifs
  • Le système d'XP vraiment bizarre à comprendre
  • Les chargements
  • Le manque de boss
  • La PS4 en PLS
18

God Of War fait un quasi sans fautes. Il prend des risques et réussi haut la main en se renouvelant tout en gardant ce qui a fait le succès de la licence. La multitude de choses à faire qui fournit une excellente durée de vie et l'histoire principale qui tient en haleine du début à la fin font qu'on ne s'ennuie jamais. God of War valait clairement 8 ans d'attente. Espérons qu'il ne faille pas attendre à nouveau 8 ans avant le prochain opus qui sortira sans nul doute sur la prochaine gen de consoles.

Sujets : God of War Sony

D'autres Tests

Commentaires