Suivez-nous sur :

Test Call of Duty WWII : un retour aux sources réussi ?

Dans Tests par XtaZe, le 12 Nov. 2017 à 11:44

Après plusieurs épisodes futuristes, Call of Duty est de retour plus puissant que jamais avec un retour à la Seconde Guerre mondiale dans Call of Duty WWII.

On ne la présente plus, tout le monde a déjà joué ou a déjà entendu parler de la licence Call of Duty. Et comme chaque année, Activision sort un nouvel épisode. Sauf que cet opus 2017, développé par Sledgehammer Games, est censé renoué avec ce qui a fait le succès de la licence autrefois, à savoir les guerres du passé et plus particulièrement la Seconde Guerre mondiale.

Après des épisodes futuristes qui n'ont pas forcément convaincu, c'est donc le pari que se sont imposé Sledgehammer Games et Activision en proposant un véritable retour aux sources tout en proposant quelque chose d'inédit. Pari réussi ? C'est ce que nous tenterons de découvrir dans ce test.

Il faut sauver le soldat Red

Dans Call of Duty WWII, vous incarnez Red (ou Daniels), un jeune texan de l'armée Américaine, venu reprendre la France des mains des Nazis avec l'aide de son escouade. Et ça se limite à cela, du moins au début. On a le contexte, une forme, mais pas de réel fond. On enchaîne les missions mais le manque de profondeur fait que l'on ne s'attache pas aux personnages mis à part penser par moment et ce jusqu'à la fin que certains sont juste des connards. De plus, en seulement onze missions, c'est vrai qu'il est difficile de s'attacher aux personnages, la faute à une durée de vie ultra courte du solo. Ainsi, le jeu se dépêchera de mettre tous les détails un peu importants et qui donnent un fond au jeu sur la fin de l'histoire.

Un retour aux sources oui, mais un peu plat quand même côté histoire finalement. Mais malgré cela, le jeu est plein de bonnes idées qui font, encore une fois, de cette campagne, une campagne épique comme seul Call of Duty sait nous le proposer.

Un gameplay old-school comme on l'aime

Si vous êtes un joueur un peu old-school, il y a quelque chose qui doit vous répugner dans les jeux de maintenant, c'est l'auto healing, la régénération de santé. Et bien vous serez aux anges car il n'y en a pas dans ce Call of Duty WWII. Du moins, pas dans le solo en tout cas. En effet, Sledgehammer Games a poussé le vice du retour aux sources jusqu'au bout en donnant une réelle utilité à vos coéquipiers. Ces derniers auront chacun une spécificité. Un pourra vous donner une trousse de soin, un autre des munitions, un autre des grenades, un autre une fumigène pour un soutien aérien et enfin un pourra détecter tous les ennemis et vous les mettre en surbrillance. Afin de débloquer chaque pouvoir, il faudra au préalable remplir leur jauge en faisant du kill. A noter bien entendu qu'à divers endroits se trouveront également des trousses de secours et munitions, pour éviter de mourir bêtement lorsque vos coéquipiers ne sont pas présents dans la mission.

Une autre feature que l'on retrouve dans énormément de jeux désormais, ce sont les QTE, où il faut appuyer sur une touche au bon moment. Ils sont toujours présents mais ont été un peu repensé. En effet, il faudra désormais jouer un peu du joystick avant d'appuyer sur la touche correspondante. Rien de bien fou mais c'ets toujours ça.

Pour varier le gameplay, le jeu nous propose par moment des phases d'infiltration où le but sera d'être discret, ou pas mais encore de piloter divers véhicule allant d'un avion à un char ou encore de contrôler un femme. Et d'ailleurs en parlant de la femme, cette mission est particulièrement intéressante puisqu'elle apporte une variante de QTE où il faudra se servir des informations données afin de répondre juste aux questions des allemands. C'est sans doute une des missions les plus intéressantes du jeu.

C'est de toute beauté

Malgré un manque de profondeur, on la ressent cette ambiance Seconde Guerre mondiale avec les corps déchiquetés, les obus qui pètent de partout. Bref, du grand art digne d'un film hollywoodien comme nous l'a toujours proposé la saga.

Il faut savoir que les Call of Duty, bien que jolis, n'ont jamais été des claques graphiques malgré une modélisation toujours très propre et fidèle aux visages des acteurs prêtant leurs traits aux personnages. Cette année, Call of Duty est passé à la version supérieure. Si le jeu n'est toujours pas une claque bien que très beau, la modélisation est encore plus réussie qu'à l'accoutumée. En outre, les cinématiques sont justes bluffantes tant elles crient de réalisme. C'est bien simple, on croirait regarder un film.

Pour ma part, j'ai juste bénéficié de quelques soucis d'ombres qui disparaissaient par moment. Rien de bien méchant cela dit.

Côté musique, tout y est également pour nous mettre dans l'ambiance. En outre, un bruit mythique que vous entendrez souvent, c'est le bruit de rechargement de la M1 Garand. Pour ma part, j'ai trouvé ce bruit plus insupportable qu'autre chose mais il n'en reste pas moins mythique.

Pour ce qui est du doublage, il est très bon que ce soit en VF ou en VO, comme souvent avec les Call of Duty.

Call of Multi

Une des raisons pour laquelle les fans achètent les Call of, c'est bien entendu pour son mode multi, spécialement revu pour l"occasion. Ainsi, commençons par la grosse nouveauté de cette année, le QG. Si vous avez déjà joué à Destiny, une autre production d'Activision, vous ne serez pas dépaysés. En effet, à l'instar du jeu de Bungie, le QG sert de HUB central. A la troisième personne, vous pourrez vous déplacer dans ce HUB, découvrir les secrets qu'il renferme, demander des missions à réaliser par la suite, enclencher des 1v1 et bien d'autres choses. Une grosse nouveauté dans la série qui, on l'espère, saura perdurer dans le temps.

Une autre nouveauté de ce multijoueur, c'est indéniablement le mode Guerre. Il s'agit de missions à réaliser dans une carte évolutive, à l'instar du mode Opérations de Battlefield 1 où une équipe doit réaliser un objectif pendant que l'autre équipe doit l'en empêcher et ce, pendant un temps donné. Soit l'équipe réussi l'objectif avant le temps donné et passe donc à l'objectif suivant en faisant reculer les forces ennemis, soit l'ennemi parviendra à contenir les forces alliées assez longtemps pour voir ses renforts arriver et ainsi, détruire toute chance de réussite aux alliés et ainsi remporter le match. Quel bonheur donc de se voir débarquer sur Omaha Beach pour revivre les sensations du débarquement d'antan dans Opération Neptune.

Viennent ensuite les autres modes de jeu. On reste dans du très classique avec :

  • Match à Mort par Equipes
  • Guerre
  • Domination
  • Point Stratégique
  • Capture du Drapeau
  • Recherche et Destruction
  • Élimination Confirmée
  • Mêlée Générale
  • Foot Américain 

En plus d'être ultra classiques, les modes sont peu nombreux. Qu'en est-il du mode Jeu d'Armes par exemple ? (que j'apprécie énormément il faut l'avouer) La seule réelle nouveauté est le mode Guerre. Sledgehammer Games et Activision préfèrent rester dans leur cocon de confort et ne pas prendre trop de risques en terme de nouveauté. Mais bien qu'excellent, on en fera vite le tour en raison d'un manque de maps. En effet, trois maps pour ce mode, c'est relativement peu. Mais ce n'est pas le seul à bénéficier de peu de maps, en effet, le mode Zombies n'est pas en reste de ce côté là.

Les Zombies sont de retour

Enfin vient le retour du fameux mode Zombies. Autrefois attribué aux épisodes de Treyarch, c'est désormais un immanquable de chaque opus. Alors que le zombie commençait à perdre en fraîcheur, à l'instar de la licence, la faute à une futurisation et à un scénario de plus en plus WTF, Sledgehammer revient à la source, à savoir le fameux Nazi Zombies qui avait ouvert les portes du succès à ce mode tant apprécié des joueurs.

Ainsi, ce mode Zombies s'offre un lifting à l'ancienne tout en mêlant les features actuelles. A l'heure actuelle le jeu ne propose que deux maps, à savoir une grande avec un secret et une plus petite pour de la survie qui n'a pas pour vocation que de tuer du mort-vivant et d'accumuler les points. 

Avant chaque partie, vous pourrez choisir votre personnage parmi quatre, mais également une capacité spéciale ainsi que des mods pour vous aider. Viens ensuite le choix de votre pistolet de départ. De plus, il est possible de customiser les armes présentes sur la map afin de vous donner un avantage certain.

Une fois en jeu, les aficionados du mode ne seront pas perdus car le mode reste très instinctif, faire du kill, survivre et pourquoi pas réaliser le secret de la map si le coeur vous en dit. Au final, le mode Zombies reste similaire à ce que nous connaissions, à quelques différences près.

En effet, tout d'abord parlons des Zombies en général. Ces derniers ont bénéficié d'une upgrade gorifique et sont plus effrayants que jamais grâce à une modélisation très réussie des morts-vivants. Et en parlant de gore, les coups au corps-à-corps seront également plus gore. Fini le couteau ou le poing électrique, place à une bonne vieille pelle qui peut décapiter des têtes. Ultra efficace, elle manque cependant de précision par moment. En outre, la musique y est pour beaucoup dans cette atmosphère peu rassurante. Dès qu'un Zombie se trouvera face à vous et que vous le découvrez au dernier moment, un bruit peu rassurant se fera entendre, histoire de vous faire comprendre que vos minutes sont comptées.

Dans le gameplay, Sledgehammer mêle nouveautés et classiques. Les Blitz (équivalent des Perks) se font désormais via une machine où il faut poser la main pour en obtenir un. Sachant qu'en mode Survie, chaque Blitz coûte 2000 Jolts (la monnaie du Zombie) et ce peu importe le Perk. Vient ensuite le Geistschield, qui est une sorte de bouclier permettant d'encaisser plus de coups, à l'instar de Juggernog. Il est possible d'en racheter un quand votre Geistschield ne fonctionne plus, cependant chaque achat du Geistschield sera de plus en plus cher. Enfin, les traditionnels Double Points, InstaKill et j'en passe sont de retour avec des noms différents adaptés à l'univers bien entendu.  

Notre test de Call of Duty WWII sur Xbox One X

Les plus

  • Retour aux sources qui fait plaisir
  • Une campagne hollywoodienne
  • Les cinématiques en mode solo
  • L'ambiance du solo
  • Le mode Guerre
  • Le Quartier Général en multi
  • Le Zombies terrifiant

Les moins

  • La durée de vie du solo
  • Les modes de jeu en multi
  • Le manque de cartes sur certains modes
  • Trop peu de risques pris
16

Sledgehammer Games et Activision ont su redonner du souffle à une licence qui s'essouflait de plus en plus avec les opus futuristes. Les nostalgiques seront ravis de retrouver un opus qui fera honneur à l'âge d'or de la saga mythique avec un retour aux sources plutôt réussi que ce soit dans le solo, le multijoueur et même le Zombies. Même s'il ne marquera pas autant les esprits que les opus Modern Warfare et Black Ops, la faute à une prise de risques minimale, le pari du retour dans le passé est réussi.

Sujets : Call of Duty Sledgehammer Games Activision

D'autres Tests

Commentaires