Suivez-nous sur :

Test Gears of War 4 : Un retour explosif pour la série

Dans Tests par XtaZe, le 09 Oct. 2016 à 01:28

Ça y est, la Xbox One a enfin son vrai Gears of War. Après un remaster du premier opus, que vaut ce nouvel épisode ?

Alors que le dernier épisode sur Xbox 360 a laissé un goût amer dans la bouche des joueurs, The Coalition arrivera-t-il à reconquérir les joueurs sur Xbox One ? Le studio qui succède à Epic Games a pu se faire la main avec un remaster du premier épisode qui avait reconquit les fans. Mais pour son premier vrai nouvel épisode sur Xbox One, que nous a réservé The Coaliation ? Il est temps de le découvrir.  

Adieu Marcus, bonjour J.D

25 ans après Gears of War 3 et la chute des Locustes, le monde est en paix ou presque. Cependant, cette « paix » est de courte durée car une nouvelle menace fait surface, la Ruche. Ainsi, pour Gears of War 4, Marcus Fenix est de retour pour de nouvelles aventures, enfin pas tout à fait… Dans ce nouvel opus, on incarne J.D (James Dominic), son fils, déserteur de la CGU, qui.va tout mettre en œuvre pour retrouver la mère de Kait, une de ses amies, qui a été enlevée par cette nouvelle menace. Accompagné donc de Kait et Del qui font offices de remplaçants à Dom et Cole, quelle meilleure idée pour lutter contre une menace que de faire appel à son papa ?

Ainsi va commencer un combat acharné pour retrouver Reyna, la mère de Kait. Voici comment résumer le scénario de Gears of War 4. Ca ne casse pas des briques, mais c’est simple, efficace, et ça marche. Malgré un début un peu long et inutile qui ne sert pas à grand-chose dans l’intrigue, on retrouve quelques moments bien badass dans Gears of War 4, le tout parsemé de combats contre des boss tous plus terrifiants les uns que les autres et des répliques et un humour bien présents qui saura vous donner le sourire plus d’une fois.

Seul hic, des moments de blancs où il ne se passe rien. On alterne entre combats contre des ennemis divers et variés et moments de blancs et ce presque tout le long du jeu. Cependant, Gars of War 4 se rattrape avec un final explosif malgré une fin qui laisse sur sa faim. On attend d’en voir plus et The Coalition a désormais les clés en main pour nous pondre de nouveaux épisodes de qualité avec un nouveau trio qui, on l’espère, arrivera à égaler le trio de la trilogie précédente.

Lunreal engine 4 en a dans le ventre

On ne pas se mentir, Gears of War 4 est beau. Déjà beau sur Xbox One, nul doute que le jeu doit rendre encore mieux en 4K. Gore à souhait, ce n’est pas le sang qui manque. Même si parfois il ressemble plus à de la confiture qu’à du sang masi bon, on lui pardonne, on va dire que c’est le sang des rejetons (les ennemis principaux de la Ruche) et du coup il n’est pas pareil que le sang humain.

Les effets graphiques du climat sont également des plus beaux malgré un manque de diversité dans ces derniers ; en effet, il s’agit toujours de la même tempête de vent mais on ne s’en lasse jamais tellement c’est beau et tellement le gameplay avec ce climat est jouissif. Le jeu en lui-même est beau mais les animations ne le sont pas moins. Vous qui rêvez de devenir boucher, réalisez votre rêve à l’aide de votre Lanzor personnalisé afin de réduire en charpie vos ennemis. Rien de tel pour prouver votre pouvoir que d’écraser le crâne d’un drone rampant au sol. Gears of War 4 est gore à souhait mais on adore et on ne va pas lui reprocher ; les corps qui explosent de partout, le sang, on en est friand et on en redemande.

Si le jeu est beau, les cinématiques ne le sont pas moins. C’est magnifique au possible et on se lasse pas de les regarder. Rien d’étonnant quand on sait que le jeu a été réalisé avec l’Unreal Engine 4 qui permet un rendu visuel très beau.

Un gameplay entre classique et nouveauté

Les fans de la première heure seront ravis car côté gameplay, il n’y a pas de changement transcendant. The Coalition s’offre tout de même le droit d’apporter sa patte qui est plutôt la bienvenue.

Agrémenté de quelques séquences en véhiculées notamment en moto ou en mecha, la campagne ne révolutionne ni par son histoire, ni par son gameplay qui ne changent que très peu. On a tout de même le droit à quelques nouvelles features des plus intéressantes notamment le fait de pouvoir débusquer un ennemis à couvert afin de lui infliger des coups de couteau mais ce qui change réellement le gameplay de Gears of War 4, c’est la météo ; et plus particulièrement les tempêtes de vent qui vont à la fois changer le gameplay mais vont être plaisantes au possible. En effet, quel plaisir les ennemis emportés par le vent ou pouvoir détruire le petit bout de bois qui maintient en place les tuyaux qui vont s’envoler et tout emporter dans leurs passages dont vos ennemis naturellement. Cela influence réellement le gameplay et on voit que JD se déplace avec plus de difficultés.

Côté IA, on retrouve un IA relativement intelligente comparée à d’autres jeux. En effet, les ennemis auront les mêmes possibilités que vous et ne se priveront pas d’utiliser leur Lanzor afin de vous réduire en charpie vous aussi. Quant à vos coéquipiers, ils seront là afin de vous servir de pharmacie mais également d’armurerie ambulante puisqu’il est possible d’échanger vos armes avec eux.

Au final, le jeu s’avère sans prise de tête et tout est simple à comprendre. Après quelques minutes de jeux, même les néophytes prendront leurs repères.

Tuer du drone cest bien mais à plusieurs, cest mieux

Après un rapide tour par la campagne, on est en droit de se demander ce que The Coalition nous a concocté pour que nous restions sur le jeu. Vous aurez donc le choix entre plusieurs choses. Il vous sera possible de faire la campagne en co-op, si ce n’était pas déjà le cas que ce soit à 2 en écran scindé ou à 4 en local ou de vous lancer dans le multijoueur et ses quelques modes de jeux plutôt sympas et originaux dont le mode Dodgeball (Balle aux prisonniers) qui permet de réanimer un coéquipier tombé au combat pour chaque kill effectué ; le but étant bien entendu de décimer toute l’équipe adverse ou encore le mode Course à l’armement qui permet de changer d’armes tout les 3 kills afin de rétablir les chances de chacun, ce qui n’est pas sans rappeler le mode Jeu d’armes de Call of Duty ou encore des jeux comme Counter-Strike. On retrouve également les traditionnels Match à mort par équipe ou encore Roi de la Colline. Ici, pas de chacun pour soi, le team play est mis en avant et ça se voit et se ressent bien.

Mais peut être que vous craquerez plus pour le mode Horde qui s’offre un petit lifting et devient le mode Horde 3.0. Outre le fait que vous disposez désormais du fabricator vous permettant de fabriquer vos barricades et autres renforcements mais également des armes, on trouve dans ce mode Horde 3.0 un système de classes, au nombre de 5 qui apporte un vent de fraîcheur au mode et qui permet à chaque joueur d’avoir son rôle à jouer dans la partie. Le mode Horde 3.0 est disponible à plusieurs ou en écran splitté selon vos préférences.

Enfin, il est également possible de se faire la main dans les différents modes de jeux du multijoueurs contre des bots. Histoire d’avoir l’impression d’avoir du skill et de déchaîner votre brutalité à l’aide de votre Lanzor et découper en deux quelques drones de la Ruche.

Les plus

  • Un must-have sur Xbox One
  • Un vrai Gears of War qui fait plaisir
  • Les tempêtes
  • Les séquences qui sortent de l’ordinaire
  • Les interractions avec l’environnement
  • Le dernier chapitre hyper badass
  • Le mode horde 3.0
  • La Coop
  • Les modes de jeux multi
  • L’humour
  • Vitrine de la Xbox One

Les moins

  • Scénario bateau
  • Les premiers chapitres inutiles
  • Le peu d’importance de la CGU
17

Si les néophytes de la Xbox One et de Gears of War peuvent se trouver perdu la première fois que ce soit en termes de contrôles ou d’histoire, ils trouveront rapidement leurs repères afin de profiter d’une expérience riche et remplie de testostérone. Simple et efficace, Gears of War 4 ne renouvelle ni le genre ni la série mais lui donne une seconde jeunesse et prépare le terrain pour une nouvelle trilogie qui promet d’être de la trempe de la trilogie précédente. Nul doute que Gears of War est à lui seul une raison d’investir dans une Xbox One.

Sujets : GOW4 GOW The Coalition Microsoft Xbox One Gears of War 4 Gears of War Xbox

D'autres Tests

Commentaires