Suivez-nous sur :

Test FIFA 17 : C'est effectivement dans le jeu

Dans Tests par Quarym, le 30 Sept. 2016 à 17:30

C'est reparti pour un tour, chaque année à la même période c'est rebelote, la guerre entre FIFA et PES repart de plus belle.

L'année dernière l'écart s'était resserré mais Electronic Arts gardait quand même la couronne avec son FIFA 16. Pour cette édition 2017, il semblerait que les gars d'EA ne se soient pas reposés sur leurs lauriers et que l'avertissement de l'année 2016 soit balayé d'un revers avec toutes les améliorations et nouveautés qu'ils nous ont concoctées avec ce FIFA 17.

Finis les joueurs en plastique, merci le moteur Frostbite

Si, à première vue, ce FIFA 17 reste techniquement dans la lignée des épisodes sortis sur next gen, à deuxième vue par contre, on y voit une réelle différence, surtout au niveau de la modélisation des joueurs et des éclairages. Finis les joueurs avec cet effet de plastique et de propreté, finis les joueurs qui brillent. Avec le moteur Frosbite, on a enfin le droit à une modélisation des joueurs presque photo-réaliste pour certains et pour le reste on repassera, n'est-ce pas Zinédine Zidane ? Le grain de peau utilisé sur les joueurs est criant de réalisme et on le remarque surtout lors des replays, des séquences d'avant et d'après match. Par contre, on le ressent moins durant le match, sauf si vous avez mis une caméra zoom fois 100 sur le terrain bien sûr.

Si la modélisation des joueurs a franchi un gros cap, il n'en reste pas moins que des coquilles vides au regard mort, mais on ne peut pas tout avoir non plus. Tout comme la modélisation des joueurs, l'éclairage a également franchi un cap, on a l'impression de regarder un vrai match de football. Point faible dans les anciens FIFA, l'écairage de journée prend une autre dimension avec cette édtion 2017, on n'est plus gêné par les ombres des tribunes. Au final, la réalisation graphique est dans l'ensemble réussie, tant au niveau de l'habillage du jeu que des graphismes.

Un gameplay aux petits oignons mais..

En ce qui concerne la prise en main, rien de bien transcendant, on est dans la lignée de FIFA 16. Le rythme du jeu a été ralenti, privilégiant le jeu de passes aux dribbles surréalistes de l'édition 2016. En effet, finies les percées balle au pied sur des kilomètres, EA a resserré ses défenses et, comme indiqué ci-dessus, a ralenti le rythme du jeu. Vous n'allez pas être dépaysés en jouant à ce FIFA 17, hormis le réajustement des coups de pied arrêtés, les penaltys, les coups-francs ainsi que les corners qui ont été presque totalement revus.

Ainsi, on aura accès à plusieurs choix avant d'exécuter son action, ce qui a tendance à ralentir encore plus le jeu et à casser net le rythme des matchs. Mais nul doute qu'il faudra de l'entraînement afin de maîtriser la chose, comme ce fût le cas avec la défense tactique et les penaltys à l'époque. Pour résumer, le gameplay est plus réactif malgré le fait que le rythme du jeu ait été ralenti, privilégiant ainsi les actions construites au détriment des exploits individuels. Il faudra s'armer de patience avant de pouvoir maîtriser les coups de pied arrêtés, mais tout travail porte ses fruits.

Alex Hunter entre en jeu

On en a rêvé, EA l'a fait, mais ce n'est pas encore parfait. Beaucoup mis en avant pour promouvoir le jeu, le mode aventure, qui est en fait un mode scénarisé à la NBA 2K et qui nous permet d'incarner un jeune joueur se nomant Alex Hunter, fait sa première. Ce mode aventure fait énormément de bien et redonne une bouffée d'air frais à la licence FIFA en termes de nouveautés. On se demande encore comment ça ce fait que EA n'y ait pas pensé avant. Ce mode aventure nous permettra de vivre la vie de footballeur de Alex Hunter et lui permettre de gravir les échelons à travers divers tâches et objectifs à réaliser durant les matchs.

Ce n'est pas tout, un système de dialogues à plusieurs choix sera de la partie, mais on remarquera que l'aventure est un peu trop balisée et que nos choix ne changeront pas trop son avenir. En tout cas, on tient à souligner l'effort de la part d'EA d'avoir implémenter un mode aventure qui sera probablement amélioré pour les prochains opus voire pour de futurs DLC.

Au revoir Franck Sauzée, tu ne nous manqueras pas !

Cela fait une bonne décennie qu'on a le droit aux mêmes commentateurs, aux mêmes répliques, à un moment donné il fallait qu'EA change la donne et c'est enfin le cas pour ce FIFA 17. Plus de Franck Sauzée, remplacé par l'hilarant Pierre Ménès, qui formera aux côtés de Hervé Mathoux un duo rafraîchissant.

Il y a toujours quelques répliques un peu à côté de la plaque mais c'est pardonnable. En espérant qu'EA ne laisse plus passer une décennie sans changer de temps en temps. Niveau ambiance, EA nous a toujours habitué à du très bon, et c'est toujours le cas avec ce FIFA 17. On s'y croit presque, les cris, les sifflets et les chants de supporters, les bruitages lors des passes, des frappes, et tous les petits détails sonores qui, quand on les regroupe, forment une ambiance de folie.

Les traditions de la franchise sont toujours présentes

Le mode carrière et le mode FUT sont également de la partie et, sans trop bouleverser les codes, continuent leurs petits bouts de chemin en y ajoutant quelques nouveautés qui sont les bienvenues. On commence par le mode carrière qui bénéficie pour cette cuvée 2017 de nouveautés notables comme l'ajout d'objectifs durant vos parties qui varieront par rapport à l'équipe avec laquelle vous jouez.

Autres nouveautés, le côté financier, qui vous permettra de mieux gérer votre club et d'avoir surtout la main-mise sur celui-ci. Place maintenant au mode FUT (FIFA Ultimate Team pour les néophytes) qui accueille deux petits ajouts sympathiques. Le premier permet de créer des équipes en tenant compte de certaines caractérisques, comme suivre un cahier des charges à la lettre. Le deuxième permettra de jouer des matchs la semaine afin de se qualifier pour les tournois le week-end, ce qui ajoute un côté compétition entre les joueurs.

Les plus

  • Le moteur Frosbite
  • Les graphismes plus réalistes
  • L'habillage du jeu
  • Moins arcade
  • Les coups de pied arrêtés avec de l'entraînement
  • Le mode aventure mais..
  • Le système d'objectifs
  • Plus de Franck Sauzée !
  • Le foot féminin, on en redemande !
  • EA a tenté des choses

Les moins

  • La modélisation des supporters
  • Les coups de pieds arrêtés sans entraînement
  • Mode aventure trop balisé
  • Manque certaines grandes équipes internationales !
  • A quand les clubs de foot féminin ?
17

Avec ce FIFA 17, EA renouvelle d'une bien belle manière sa licence sans trop en bouleverser les codes. Contrairement à FIFA 16, EA a tenté des choses et les a plus ou moins réussies. Je pense à l'ajout du mode aventure qui, on l'espère, sera mieux calibré à l'avenir. Les coups de pied arrêtés, quant à eux, ne plairont pas à tout le monde par la complexité qui s'en dégage à première vue mais comme je vous l'ai dit, tout travail porte ses fruits donc il faudra s'entraîner durement. Sinon, le nouveau moteur Frosbite redonne un coup de fouet à une réalisation qui stagnait jusqu'à FIFA 16, on le remarque surtout au niveau de la modélisation des joueurs et des éclairages. Dans l'ensemble FIFA 17 est une réussite qu'il faudra apprivoiser dans les mois à venir pour pouvoir prendre son pied à 100 %. On ne devient pas une légende du football du jour au lendemain, à vous de jouer.

Sujets : FIFA 17 Electronic Arts EA Test FIFA 17

D'autres Tests

Commentaires