Suivez-nous sur :

Test Homefront : The Revolution : La révolution est en marche

Dans Tests par XtaZe, le 22 Mai. 2016 à 23:08

Homefront est la suite du premier opus paru en 2011. C’était un jeu très pauvre pour ne pas dire minable, et on a de lui que le souvenir d’un opus raté.

Alors qu'en est-il de cette suite ? Est-ce une révolution ? On vous donne notre vedict.

Vous êtes la résistance

2029, La Corée du Nord a vendu des armes de la société Apex aux Etats-Unis. Il s’agit de la société avec la meilleure technologie au monde et donc le meilleur armement du monde. Après avoir désactivé les armes de la première puissance mondiale, il n’a pas été difficile pour l’APC (les Nord-Coréens) d’envahir l’Amérique. Telle est l’histoire d’Homefront The Revolution au commencement. Mais alors vous, qui êtes vous ? Vous êtes Ethan Braddy, jeune révolutionnaire de Philadelphie et vous avez rejoint la résistance contre l’oppresseur nord-coréen. Après un prologue mouvementé, vous vous retrouvez confié à Benjamin Walker, leader de la résistance et accessoirement un symbole de courage pour ses concitoyens. Mais voilà les choses ne vont pas aussi bien qu’attendu et Walker se fait toucher par balle. Il vous confie alors un portable digne de celui d’Aiden Pierce et vous commencez votre quête.

Certains partent en vacances avec leur b*** et leur couteau, hé bien là c’est presque pareil. Sauf que vous ne partez pas en vacances et qu’en plus du couteau vous avez une torche, votre portable et vous récupérerez rapidement une cisailles afin de passer outre certains obstacles. Après avoir accompli votre première mission et hacké un terminal avec votre téléphone de hacker, vous vous rendrez compte que Benjamin Walker, blessé s’est fait capturer par les « Norkos » (Nord-Coréens). Vous allez alors rejoindre d’autres résistants dans le métro et votre mission sera alors de trouver et sauver Benjamin Walker afin de faire avancer la Résistance.

Après un petit tour chez Cookie, le marchand d’armes du métro qui vous offre votre première arme, et qui vous l’upgrade directement), vous êtes en route pour casser du Norko et devenir un héros au sein de la résistance. Mais n'y allez pas tout seul. Homefront The Revolution vous propose de recruter jusqu'à 4 résistants qui vous suivront partout (ou presque) et à qui vous pourrez demander de partir quand bon vous semble.

 L'histoire est prenante si vous souhaitez savoir ce qui arrive à Benjamin Walker et pourquoi Dana (une des résistantes) déteste autant le maire de la ville. Malgré cela il y a parfois quelques soucis de logique, notamment lorsqu'on vous demande de porter un masque dans une zone contaminée et que les autres résistants n'en portent pas.

Archieved with cryengine 

Après une cinématique d'introduction magnifique, digne du CryEngine, le moteur de Crytek, ce n'est plus ça. Le jeu n'est pas moche mais après nous en avoir mis plein la vue, on s'attend à mieux. On se demande alors où est le CryEngine. Sans doute que dans le nom.

Cependant, le jeu se rattrappe sur la modélisation des personnages, en particulier des résistants, qui ont pour la plupart un look anarchique plutôt bien retranscrit visuellement.

Le jeu offre également quelques éléments sympas comme un skin de Goliath "pimpé" par la Résistance ou encore des skins d'armes comme le drapeau américain ou encore un "U mad bro ?" tagué sur une arme. De plus, l'ambiance révolution est très bien retranscrite avec des tags un peu partout et si vous êtes chanceux, vous aurez même la chance de voir un citoyen effectuer un tag sous vos yeux. 

Malgré cela, cela n'empêche pas le jeu d'avoir des bugs graphiques divers et variés que ce soit de la texture qui a un petit peu de mal à charger, mais on lui pardonnera. Ce qu'on ne pardonne pas par contre, ce sont les autres bugs non corrigés à l'heure actuelle comme les résistants qui ont perdu leur arme, les ennemis qui disparaissent devant vos yeux, les évènements aléatoires qui disparaissent également et parfois même une moto qui s'en va de ses propres ailes alors que vous ne l'avez quitté des yeux que 10 secondes. Et ne parlons pas non plus des animations qui ne fonctionnent pas toujours comme elles devraient. Mais bon au moins elles ont le mérite d'exister, pas comme l'animation de glissade qui est tout simplement un freeze sur l'animation en cours.

Ne parlons pas non plus des bugs de collisions notamment avec les ennemis qui se prennent dans les murs et qui arrivent donc à vous tirer dessus alors que vous n'aurez que vos jambes pour courir puisque vous ne pouvez pas riposter. Heureusement l'IA est un peu bête par moment et préfèrera parfois avancer dans le vide ou contre un mur plutôt que de vous affronter. 

Cependant ce n'est pas forcément mieux avec les résistants. Car certes vous pourrez les recruter mais quand je dis qu'ils vous suivent partout, ce n'est pas exagéré et parfois ils vous collent tellement que vous ne pouvez plus passer...

Enfin, les seuls éléments destructibles du décor disparaissent sous vos yeux dans une sorte de fondu movie maker après que vous les ayez détruit.  

quelle pepite tu as pour nous cookie ?

Homefront The Revolution se présente comme un FPS RPG dans un monde semi ouvert et bizarrement, on trouve énormément de similitudes avec la série Far Cry, à commencer par le nom du personnage principal, Braddy, qui fait légèrement penser à Jason Brody (le héros de Far Cry 3) ; à  croire que l’idée du jeu vient d’Ubisoft. Mais Far Cry n’est pas la seule référence du jeu. Vos compétences en hacking vous feront bien entendu penser à Aiden Pierce et Watch Dogs, autre titre d’Ubisoft. On peut donc dire qu’Homefront The Revolution est un combiné des deux, les bugs en plus.

Première constatation, certes nous ne sommes pas dans un Battlefield sous Frostbite 3 où tout est destructible. Mais d'habitude, un véhicule qui fonce dans une barrière en bois, ça le détruit. Pourtant là vous aurez beau foncer dans les barricades avec votre moto, vous ne ferez que tomber. Mais bon au moins cela vous force à rouler sur la route ou presque.

Deuxième constatation, on meurt vite. Parfois trop vite. Mais au moins c'est réaliste alors pas question de se prendre pour Superman à arrêter les balles des "Norkos", vous n'y arriverez pas pendant très longtemps et il vaut mieux vous protéger.

Je parlais précédemment de Far Cry, mais le nom n'est pas la seule similitude. Tout au long du jeu vous aurez à capturer des points forts (commissariats, garage, restaurants) qui sont affichés sur la carte afin de gagner l'engouement des foules. Cette méthode de point fort est un des aspects clés de la série Far Cry avec les avants-postes et autres forteresses à capturer. Cependant là où Homefront va plus loin, c'est que vous ne pourrez capturer certains bâtiments que si l'engouement de la poppulation est à 100 %. Pour celà rien de plus simples, libérez des citoyens en détresse, sabotez de l'équipement Norko, détruisez des Wolverine (oui Wolverine est présent dans ce jeu, enfin pas tout à fait, il s'agit d'une variété de drone de l'APC) ou encore capturez d'autres bâtiments, les options sont nombreuses pour gagner le soutien du peuple. Une fois à 100 %, le peuple de votre partie de la ville se soulèvera et vous pourrez alors attaquer de plus gros bâtiments jusqu'alors innacessibles.   

Là où Homefront varie également d'Homefront, c'est dans le fait qu'il ne faut pas tuer tous les ennemis de la zone pour capturer cette zone. En effet, il s'agit d'activer un item spécial afin que la capture soit prise en compte (activer une radio, hacker un terminal, faire monter la pression d'une valve, etc..). Ainsi même si vous n'avez pas tué tout le monde, vous aurez capturé le lieu et les ennemis disparaîtront. Il aurait été intéressant de combiner les deux. De devoir tuer tout le monde en plus d'activer l'item. 

Mais quel résistant seriez-vous sans votre équipement ? Votre équipement ne provient pas d'Apex, il s'agit d'équipement 100 % américain. Il est instable, peut vous sauter à la gueule à tout moment, mais il est américain, telle est la description qu'on peut lui donner. (rassurez vous, vos armes ne vous lâchent pas en plein combat en explosant). Vous trouverez votre équipement soit chez Cookie, soit dans l'une des réserves d'armes qui apparaissent dans les points forts capturés. Mais ce n'est pas tout, car le résistant que vous êtes ne possède pas que des armes mais également des gadgets divers que vous pourrez crafter. Vous aurez le choix donc entre des cocktails molotov, des bombes, des pétards ou des outils de piratage. 

Vous aurez ensuite la possibilité d'acheter des gadgets autres tels qu'une voiture télécommandée ou un nounours en peluche afin d'y déposer vos bombes ou autre. La voiture s'avère particulièrement utile dans les endroits où vous ne pouvez pas vous rendre dès le début. Tout comme la moto que vous pourrez utiliser afin d'activer certains éléments. Mais si vous êtes perdu et que vous ne savez pas quoi faire, ne vous inquiétez pas, divers panneaux sont là pour vous indiquer quel outil utiliser. Et si vous êtes perdu, vous trouverez des bâches bleues qui vous indiqueront que vous pouvez passer par cette endroit, toujours à la manière de Far Cry.

Les objets de craft sont bien entendu achetables ou vous en trouverez un peu partout notamment dans les planques de la résistance qui sont des conteneurs avec des cadenas jaune que vous pourrez ouvrir à l'aide de votre cisaille ou alors avec une balle bien placée. A l'intérieur vous y trouverez une moto mais également des médikits et divers objets de craft. 

Vous pensiez que l'armurerie vous a donné tous ses secrets ? Mais non car chaque arme est changeable en une autre arme (le pistolet peut devenir un pistolet mitrailleur par exemple) mais chaque arme est également upgradable. Dit comme ça, ça n'a pas l'air ouf, mais voir son personnage enlever des parties de son arme pour les changer par d'autres afin d'obtenir une arme plus puissante, c'est plutôt cool.

Malgré certains aspects semblables à Far Cry, tout n'est pas là. Notamment lorsqu'on tente de se cacher dans les fourrés, celà ne marche pas vraiment. Cependant la nuit, si vous vous baladez dans l'ombre, il y a très peu de chances que l'ennemi vous remarque.

Mais si vous arrivez à ne pas vous faire repérer par l'ennemi, faîtes tout de même attention au dirigeable Norko qui épie la map à la recherche de cibles potentielles (vous donc), le dirigeable émettra alors une alarme qui ameutera les soldats ennemis.

Et si avec toute cette action vous vous ennuyez, vous pourrez toujours effectuer les missions secondaires du tableau (tiens encore un point commun avec Far Cry) ou alors effectuer les évènements aléatoires qui se présentent afin de gagner de l'argent ou de l'engouement qui vous permettront d'acheter de l'équipement chez Cookie.

Qu’est-ce que vous dites ?

Coréen, anglais (ou français dans mon cas), mais quelle langue parlent les ennemis ? Une fois français, une fois coréen, c'est plutôt variable selon la situation et selon à qui s'adressent les Norkos. Ainsi, parfois on comprend, parfois non. Est-ce dérangeant, non car il ne s'agit que de bruit de fond.

Ce qui est plus dérangeant cependant c'est lorsque les voix anglaises se déclenchent sans prévenir et sans raison. Cela n'est arrivé qu'une fois pour le moment alors disons que ce n'est pas monnaie courante. Idem lorsque le dialogue continue même une fois la pause activée. 

Ce qui est vraiment dommage, c'est lorsque certains personnages donnent leurs phrases préenregistrées en plein milieu d'une discussion de l'histoire. Ce qui donne des dialogues sans queue ni tête.

Pendant des dialogues de l’histoire, les personnages diffusent certains de leurs dialogues pré enregistré

Mais globalement, on switch entre des dialogues de la part des Norkos aux citoyens américains, une dame qui déclame un discours en coréen ou encore une présentatrice télé présentant le journal et l'actualité dans le pays. 

parce qu’une resistance ce n’est pas l’affaire d’un seul homme 

Homefront The Revolution ne se dote pas d'un mode multijoueurs comme on a l'habitude mais plutôt d'un mode coopération à 4 appelé le mode Resistance.

Dans ce mode vous commencez par créer votre personnage (un homme ou une femme) et vous choisissez son look. Enfin, plutôt vaguement puisqu'on n'a que le droit de voir une miniature et pas le résultat final sur le personnage.Vous choisissez alors un métier qui vous donnera une compétence. mais rassurez vous, vous pourrez changer de nom de métier. Je suis ainsi passé d'Ouvrier agricole à Community Manager, quel changement.

Le mode offre ensuite un choix de 6 missions découpées en Attaque / Défense. 4 missions d'attaque et 2 de défense.

Vous pourrez ensuite choisir la difficulté afin de vous retrouver avec des gens qui ont plus ou moins votre niveau. Le problème en choisissant facile, c'est de vous retrouver dans une équipe nulle, mourir bêtement et que la partie soit finie car tout le monde est mort.Choisi votre métier (compétence)

Enfin, pour ce qui est du loot, vous commencerez avec des armes de base puis chaque partie vous offrira des dollars qui vous permettront d'acheter différentes caisses de loot avec des équipements particuliers à l'intérieur. Vous ne saurez cependant pas à l'avance ce que contient chaque coffre.

 

Les plus

  • Une bonne surprise quand on a joué au premier
  • La personnalisation des armes
  • Les skins d'armes
  • Le look des résistants
  • Pouvoir recruter des résistants
  • Les gadgets
  • L'aspect RPG
  • Le mode Résistance
  • Se prendre pour Aiden Pierce dans un FPS

Les moins

  • Une blague si on a pas joué au premier
  • Les chutes de framerates
  • Les freezes à chaque moment important
  • Les caisses qui se désintègrent
  • Le téléphone qui ne répond plus par moment
  • Les trop nombreux bugs en tout genre
  • L'IA complètement à la ramasse
14

Homefront : The Revolution mériterait plus, clairement. Mais les nombreux bugs, baisses de framerates et autres problèmes font qu'à l'heure actuelle, il ne mérite pas plus. Cependant, il reste une excellente surprise comparé à la bouse vidéoludique qu'était le premier épisode. On espère que Dambuster Studios va vite corriger ces problèmes afin que le jeu soit à la hauteur de ce qu'il aurait du être dès le départ.

Sujets : Homefront homefront the revolution Homefront the Revolution Dana Ethan Braddy Walker Benjamin Walker APC Norkos Nord Coréens

D'autres Tests

Commentaires