Suivez-nous sur :

Test Ratchet & Clank PS4 : le VRAI retour aux sources

Dans Tests par Curry, le 20 Avr. 2016 à 12:51

Ratchet & Clank font leur grand retour sur PS4. Le duo le plus complice de la galaxie fait un retour fracassant sur next-gen. Notre verdict.

Cela faisait maintenant un moment que l’on attendait un épisode de la saga Ratchet & Clank digne de cela. Insomniac Games a compris que l’attente des fans était énorme et qu’un passage sur next-ben s’imposait. Après une trilogie qui avait marquée toute une génération sur PS2, le lombax et son acolyte ont fait un saut sur PS3 avec des épisodes convaincants qui ont su renouveler la saga sans pour autant en ôter l’essence. Avec la génération de console actuelle, Insomniac Games a profité de l’adaptation cinématographique du premier volet pour en faire un reboot sur la dernière console de Sony.

Un jeu adapté d’un film adapté d’un jeu

Avouez que tout ça peut porter à confusion. Pourtant la situation est simple. En 2013, il est annoncé que le premier volet des aventures de Ratchet & Clank, sorti sur PS2 en 2002, va être porté à l’écran. Insomniac Games en profite donc pour rebooter sa franchise avec un nouvel opus s’appuyant sur la nouvelle intrigue du film. Car oui, le film a pris des libertés évidentes comparé au matériau de base. La rencontre entre Ratchet et Clank a été revue ainsi que l’introduction du Capitaine Qwark. Il en va de même pour le Dr. Nefarious, qui a ici une place importante, alors qu’il n’a été présenté qu’à partir de Ratchet & Clank 3. Ce qui pourra en rebuter plus d’un également, c’est le fait qu’Insomniac Games en aient profité pour placer pas mal de races aliens que l’on a vu seulement dans les épisodes PS3. Un parti pris assumé qui risque de poser d’énormes problèmes pour la cohérence de la suite des aventures de Ratchet & Clank. L’avantage réside dans le fait qu’au moins les suites s’éloigneront considérablement de la trilogie originale.

Insomniac Games a aussi opté pour l’incorporation des scènes du film en guise de cinématiques. Bien heureusement, Cyrille Artaux reprend du service et double Ratchet comme dans les épisodes PS4. On nous devait au moins ça après le doublage catastrophique et sans âme de Squeezie dans le film.

Bienvenue chez Gadgetron

La principale force des jeux Ratchet & Clank se situe sans aucun doute dans l’arsenal qui est mis à notre disposition pour combattre nos ennemis. Les armes sont toutes plus originales les unes que les autres. On retrouve bien entendu des armes que l’on pouvait avoir dans les anciens épisodes de Mr Zurkon au DiscoZigZag en passant par le Groovitron qui fait danser vos ennemis. Il est clair que votre armement ne se renouvelle pas complètement. Mais il était indispensable de pouvoir offrir ces outils de destructions massives mythiques des anciens opus aux fans. Bien entendu, de nouvelles armes sont de la partie. On pense bien entendu au tambour à protons, qui est très utile contre les amas de petits ennemis, ou encore le désormais incontournable Pixeliseur. Ce dernier vous permet de transformer les monstres qui vous font face en un tas de pixels que vous pourrez ensuite exploser pour récolter des boulons. Même le sound design a été soigné. Amateurs de retro gaming, cette arme est faite pour vous !

Ce qui est étonnant avec les armes de Ratchet & Clank, c’est que vous serez amenés à toutes les utiliser. Non pas parce que le gameplay vous contraint à le faire mais parce que chacune d’elle a des propriétés adaptées en fonction de la situation ou des ennemis que vous affrontez. Lors d’un combat, vous passerez constamment d’une arme à une autre, ce qui rend les affrontements encore plus jouissifs.

Après vous être procuré les armes que vous vouliez, vous pourrez les faire évoluez. Il en va de même pour la jauge de santé. Ce qui donne à Ratchet & Clank un aspect RPG. C’est une facette du gameplay qui était déjà présente dans les anciens épisodes. D’une part, le fait de les utiliser au combat permettra de les faire grimper en niveau. Vous pourrez ainsi les « upgrader » jusqu’au niveau 5 qui est le niveau maximum. D’autre part, grace au raritanium que vous amasserez tout au long du jeu, vous pourrez pousser la modification plus loin. En déverrouillant des compétences cachées qui transformeront votre arme en une version améliorée, elle gagnera en portée, en capacité de munitions ou en durée de déploiement entre autre.

Il est possible par ailleurs débloquer des attributs spéciaux pour vos armes. Comme la possibilité de ramasser 5% de boulons en plus par exemple. Vous pouvez vous les procurer en ramassant des séries de 3 holocartes. Il y en 33 à collectionner. C’est « LA » nouveauté de ce Ratchet & Clank.

Autre chose. Ne criez pas au scandale si vous vous rendez compte qu’il n’est pas possible d’acheter de nouvelles armures. Il me semble que ça n’a été introduit qu’à partir de Ratchet & Clank 2. Mais avec les libertés prises par le studio, on aurait pu s’attendre à les avoir.

Trop facile !

Voilà encore le point noir que l’on peut pointer du doigt dans le titre d’Insomniac Games. Ratchet & Clank est encore une fois trop facile. On vous recommande fortement de commencer l’aventure en mode difficile si vous recherchez un peu plus de challenge. Certains passages vous donneront du fil à retordre. Rien de bien compliqué mais ça vous poussera à changer votre manière d’aborder certaines situations et de jouer plus intelligemment.

En plus de ça, le peu de phases d’énigmes que possèdent le jeu n’en accroîtra aucunement le niveau de difficulté. Seules les serrures à crocheter vous feront chauffer les neurones quelques fois. Et même pour ça, on nous propose un déverrouillage automatique.

Outre les passages où l’on incarne Ratchet, il y a aussi les traditionnelles excursions dans la peau de Clank. Cette fois ci, on a deux types d'aventures avec le petit robot. La première consiste à fuir Victor Von Ion, le robot de combat au service de Drek. Tandis que la seconde nous donne quelques casse-tête à résoudre pour permettre à Ratchet de continuer sa progression. Clank doit donc modifier les compétences de micro-robot pour accéder à des pièces ou des plateformes différentes. On peut donc transformer ces micro-robots en :

  • Robot batterie : Qui permet d’alimenter des générateurs pour ouvrir des portes ou déplacer des objets.
  • Robot trampoline : Afin d’accéder à des plateformes surélevées.
  • Robots passerelle : Pour créer des ponts entre deux zones

La difficulté est inexistante mais on louera la faculté d’Insomniac Games à se renouveler sans cesse. Même si les phases dans la peau de Clank étaient bien plus pointues dans Nexus ou A Crack in Time. Les seuls moments qui peuvent être assez frustrants sont les courses d’hoverboard et certains boss en mode difficile.

Sinon y’a quelqu’un qui s’occupe de la caméra ?

Ratchet & Clank souffre de problèmes évidents de caméra. Le pire reste sans doute les moments où vous devez vous éloigner d’un boss pour aller chercher des nonotechs ou des munitions. La caméra reste verrouillée sur celui-ci, ce qui vous empêche d’avoir une bonne visibilité et d’éviter ses attaques. Vos nerfs seront mis à rudes épreuves durant ces séquences de jeu.

Un autre point du gameplay qui est sensiblement gênant, c’est la maniabilité lors des phases en vaisseaux. Là où on a pris l’habitude de piloter avec deux joysticks - le gauche pour le viseur et le droit pour la caméra - Insomniac Games mise seulement sur le joystick gauche. Vous verrez rapidement que la maniabilité rend les phases de vol désagréable au possible. Fort heureusement, ces séquences sont peu nombreuses.

Splendiiide !

C’est le cas de le dire. Ratchet & Clank est somptueux. C’est sans doute l’un des plus beaux titres de cette génération. On ne vous parle pas seulement des graphismes mais également de la direction artistique du jeu. C’est un feu d’artifice de couleurs. Les planètes sont toutes différentes les unes des autres. On passe des plateaux ensablés de Veldin, aux dunes enneigées de Batalia en passant par les cratères de laves de Rilgar. On s’émerveille à (re)découvrir chacune d’entre elle sans ressentir une seule fois de l’ennui.

De plus, les temps de chargements sont quasi-inexistants. Ils ne sont présents que lorsque l’on meurt ou que l’on change de planète. Mais rassurez-vous, ils sont très rapides. Sans oublier que le jeu jouit d’une fluidité sans égale. J’ai du connaître une seule baisse de framerate et elle était minime. Dites-vous quand même que par moment la quantité d’éléments affichée à l’écran est plutôt importante. Entre les ennemis, les boulons, les armes de sols comme Le Ravageur ou le Tambour à Protons, on aurait pu s’attendre à ce que le jeu subisse quand même des difficultés à tout gérer. Il n’en est rien. Insomniac Games a misé sur le 1080p et 30fps et c’est justifié.

Un contenu généreux

J’ai complété le mode histoire en un peu plus de dix heures. Je précise que c’était en mode difficile et que je prenais mon temps pour ramasser quelques boulons en or. La durée de vie peut facilement doubler si vous décidez de collecter tous les boulons en or, les cerveaux de télépathopoules, de remporter toutes les coupes d’hoverboard et de trouver tous les paquets d’holocartes dont celles du TELT. Enfin, vous pouvez également lancer une partie en mode Défi, un new game + dans lequel vous pourrez acheter les versions OMEGA des armes. Et n’oublions pas les trophées, relativement simple à obtenir, pour les chasseurs de platines. Pour un peu plus de 30€, on peut vous garantir que ce Ratchet & Clank PS4 est incontournable.

Les plus

  • MA-GNI-FIQUE
  • Retrouver Ratchet & Clank
  • Les environnements
  • Stable et fluide
  • Le Pixeliseur
  • Le prix
  • La rejouabilité
  • Les vrais doubleurs

Les moins

  • Caméra parfois capricieuse
  • Maniabilité en vaisseau
16

Ratchet & Clank est une bouffée d’air frais. Un retour bienvenu aux jeux de plateformes. Un genre qui avait, en partie, disparu après les derniers épisodes de Jak & Daxter et Sly Racoon sur PS2. C’est visuellement bluffant, artistiquement plaisant et jouissif comme pas possible. Un exutoire candide qui fera rêver les petits par son gameplay accessible et sa difficulté peu exigeante et les adultes par sa fibre nostalgique. Pour un peu plus de 30€, c’est cadeau. Naughty Dog et Sucker Punch, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Sujets : Ratchet & Clank Ratchet Clank Ratchet & Clank PS4 test ratchet & Clank PS4 Insomniac Games

D'autres Tests

Commentaires