Suivez-nous sur :

Test Far Cry Primal : A l'état sauvage

Dans Tests par Quarym, le 12 Mars. 2016 à 23:40

Avec Far Cry Primal, Ubisoft nous plonge dans la préhistoire pour un épisode qui restera historique pour la série.

10 000 avant Far Cry premier du nom

C'est fini les armes à feu, les véhicules en tout genre, préparez-vous à survivre, à passer de chasseur à proie en l'espace de quelques secondes, à vous sentir tellement minuscules devant cette faune, aussi agressive que sauvage.

Du Far Cry comme vous n'en avez jamais vu, mais est-ce que cette épisode redonne une bouffée d'air à une série qui commençait à s'essouffler ? La renouvelle-t-il ? Ou est-ce simplement un épisode copié/collé sur les autres ? Bref je vais vous dire mon ressenti sur ce Far Cry Primal, préparez-vous car la vie sur Oros ce n'est pas Koh Lanta…

Il était une fois

Vous incarnez Takkar, le héros de cette nouvelle aventure, membre de la tribu des Wenja et qui a été séparé des siens après une chasse aux Mammouths qui a mal tournée. Par la suite Takkar fait la connaissance de Sayla, qui elle aussi fait partie de la tribu des Wenja, et la sauve d'une mort certaine face à un tigre à dents de sabre.

A eux deux, ils devront réunir leur tribu éparpiée aux quatre coins de Oros afin de se défaire de leurs ennemis et de la faune extrêmement sauvage et sans pitié. Takkar devra également se retrouver une identité au sein de sa tribu et faire face à lui-même, serait-ce là son plus grand défi ? Cela, je vous invite à le découvrir par vous-même, car ce Far Cry Primal à l'époque de la préhistoire vaut le détour.

Beau n'a qu'un œil

Far Cry Primal est beau même très beau parfois, sa plastique fait vraiment plaisir à l'œil. Le monde d'Oros est immense, composé de forêt luxuriante, de montagnes enneigées, de grottes, de ruisseaux, de fleuves, de bêtes sauvages et amicales aussi, d'alliés comme d'ennemis, le meilleur dans tout ça c’est la cohérence des lieux et de la vie qu'on y croise, on s’y croirait vraiment.

Les graphismes sont propres, à part quelques textures un peu fades quand on rapproche l'œil un peu trop prêt, sinon les effets de lumière sont tout simplement aveuglants, surtout à la pleine lune. Il y a bien sur le cycle jour / nuit en temps réel, même si je trouve que ça va un peu trop vite au lever et au coucher du soleil, j'aurais bien aimé profiter un peu plus longtemps de ce moment.

Faire du neuf avec du vieux

La nouveauté de ce Far Cry Primal, c'est l'époque à laquelle se situe le jeu, la préhistoire pour être précis, à des centaines de milliers d'années des autres épisodes. On peut dire là que c'est l'épisode des origines de la saga et franchement, c'est extrêmement bien trouvé de la part des équipes d'Ubisoft, car cet environnement préhistorique colle parfaitement à ce Far Cry.

Qui dit préhistoire dit pas d'armes à feu, ni de véhicules, en gros pas de nouvelles technologies, et c'est là que cet épisode prend tout son sens et le rend unique dans la saga. Et qui dit préhistoire dit également langage, les développeurs ont eu l'idée génial d'inventer une nouvelle langue pour le jeu, et croyez-moi, on s'y croit du début à la fin et c’est totalement crédible, chapeau pour cette exploit qui a le mérite d'être souligné.

Bienvenue à Jurassic Oros

Oros, lieu où la loi du plus fort règne en permanence, ou chaque arbre ou végétation peut cacher un redoutable prédateur qui ne veut que vous dévorer. Les humains d'Oros seront aussi là pour vous mettre en pièces, pour le plaisir ou tout simplement pour vous manger.

Vous l'aurez compris, Oros n'est pas conseillé si vous voulez passer un moment de paix en vous promenant sans pression, vous devrez toujours être sur vos gardes car la moindre erreur peut être fatale. Ne vous inquiétez pas, vous aurez l'aide de certains prédateurs pour mener à bien votre vie sur Oros, mais il va falloir les apprivoiser un par un avant qu'ils ne vous dévorent, bonne chance.

La loi du plus fort

Aucune révolution dans le gameplay déjà bien huilé, mais plutôt des améliorations qui, il faut l'avouer, sont les bienvenues dans cet épisode. Comme je vous l'ai dit, il n’y a pas d'armes à feu, à vous le luxe de vous battre, de survivre plutôt avec des bonnes vieilles lances et autres gourdins. Pour les amoureux des snipers, vous aurez la variante préhistorique, c'est à dire l'arc qui vous procurera du plaisir lorsque vous tuerez vos adversaires d'une flèche en pleine tête.

Il y a également quelques subtilités pour ne pas effrayer les habitués, comme la présence de grenades, mais en mode préhistoire, c'est-à-dire un sac de peau rempli de miel qui lâche une nuée d'abeilles sur vos pauvres cibles. On sent que les développeurs ont essayé de trouver un mixte entre futur et passé, mais on ne le sent pas vraiment car on est vite pris dans le jeu. Vous pourrez également passer par la case artisanat afin de débloquer de nouvelles compétences ou de nouvelles armes, vous pouvez également améliorer votre campement, au final beaucoup de possibilités s’offrent à vous dans ce Far Cry Primal.

Sur Oros tout le monde vous entendra crier

Le monde d'Oros est presque calme, dans le sens où les musiques se font rares, laissant place à l'immersion, ce qui est excellent et surtout rassurant pour notre survie sur Oros.

Chaque bruitages du jeu vous fera frémir de peur, essayez de vous balader en milieu de nuit en pleine lune dans les forêts luxuriantes de Oros, avec un casque sur les oreilles bien sûr, et là vous verrez l'excellent travail effectué par les développeurs pour nous transporter dans le jeu, comme si on y était. Les rugissements des animaux, les cris des autres tribus ou simplement le vent ou l'eau qui coulent suffiront à vous donner la chair de poule, totalement immersif.

Ce n'est que le commencement

Optez déjà pour le mode difficile, car en mode normal, vous n'aurez vraiment aucune difficulté à venir à bout de tout ce qui se mettra au travers de votre chemin. Sinon, comme tout bon Far Cry qui se respecte, la durée de vie sera à peu près de 40 heures et un peu plus pour ceux voulant faire le 100 %, ce qui est déjà super.

Vous aurez des choses à faire sur Oros, entre la missions principale et les quêtes annexes, même si certaines sont redondantes. Par contre, pas de mode multi, ni de mode coop pour ce Far Cry Primal. Autant pour le multi je comprends, mais par contre ça aurait été sympa de pouvoir s'entraider avec des amis sur Oros dans un mode coop.

FAR CRY PRIMAL TEST VIDÉO SUR PS4

Les plus

  • La Préhistoire, quel pied !
  • La langue du jeu !
  • Oros sublime
  • Immersion totale
  • Personnalisation plus qu'agréable
  • Gameplay sauvage et brutal
  • Ambiance sonore totalement flippante
  • La durée de vie excellente

Les moins

  • Pas de coop
  • Quêtes annexes répétitives
  • Trop facile
17

Il est rare d'attendre un jeu et d'en être extrêmement satisfait au final. Ça a été le cas pour moi avec ce Far Cry Primal. C’était un des jeux que j'attendais le plus et je n'ai pas été déçu, loin de là, c'est un de mes coups de cœur de ce début d'année 2016. Far Cry Primal n'est pas parfait certes, mais suffit largement pour redonner un coup de fouet à la saga et marquer de son empreinte les nouveautés qu'il apporte. Au final, cette épisode ne renouvelle pas la saga mais apporte beaucoup, il l'améliore et montre que changer radicalement l'univers de sa licence peut être bénéfique, mais qu’il ne faut pas en abuser.

Sujets : Far Cry Primal Ubisoft PS4 Xbox One PC Far Cry Test Far Cry Primal

D'autres Tests

Commentaires