Suivez-nous sur :

Critique Deadpool : Prends ça dans ta gueule

Dans Critiques par Curry, le 10 Fév. 2016 à 17:53

Deadpool arrive enfin au cinéma. Ryan Reynolds a-t-il réussi à redorer son image après la verison de 2009 ? On vous donne notre verdict.

Après plusieurs années d’attente, Deadpool débarque au cinéma. Né de la volonté de Ryan Reynolds, le projet est développé depuis plus de onze ans. Malheureusement, la Fox n’y croyait pas. C’est alors en 2009 que la première version du personnage est portée au cinéma dans X-Men Origins : Wolverine. Deadpool y fait une brève apparition. C’est un échec cuisant et un affront aux yeux des fans. Ils ne s’en remettent pas et Ryan Reynolds non plus.

Le comédien n’est pas satisfait et souhaite se racheter auprès des fans en offrant au personnage un film digne de ce nom. Ils travaillent alors sur une séquence test d’une éventuelle adaptation qu’il laisse fuite sur la toile de plein gré. En plein dans le mille ! On est en 2014, c’est l’âge d’or des héros sur grand écran. Finalement, la Fox cède devant tout cet enthousiasme et lance la machine mais alloue au film un budget moindre.

Tim Miller est alors sollicité pour réaliser Deadpool. Ryan Reynolds profite d’une interview avec Mario Lopez pour confirmer que le film serait interdit au moins de 18 ans. Tout semble se dérouler à merveille. Les fans sont conquis par la volonté de la Fox et de l’équipe de mettre en scène un fidèle au comics d’origine qui rappelons le, est connu pour ses scènes plutôt explicites.

Deadpool c’est l’histoire de Wade Wilson, un ancien membre des forces spéciales, en couple avec Vanessa Carlysle (Morena Baccarin) alias Copycat dans les comics, qui apprend qu’il est atteint d’un cancer généralisé et qu’il n’y a pas de remède. Une mystérieuse organisation lui propose alors son aide pour le guérir et en faire un super-héros. Mais leur motivation est tout autre puisqu’ils veulent simplement en fair eu super-esclave pour le vendre au plus offrant ensuite. Ajax (Ed Skrein) s’occupe donc du traitement assez violent de Wade afin de développer en lui ses gênes mutants. Wade finit mutilé et défiguré et va tout faire pour se venger de son bourreau, retrouver sa bogossitude d’antan et se taper la fille, à nouveau.

C’est la première fois que Deadpool a droit à son film dédié et donc la règle veut que ce soit une origin story. On explique le pourquoi et le comment Wade Wilson est devenu Deadpool. Le personnage est différent des autres héros de comics mais même dans son traitement, Deadpool s’y prend d'une autre manière. Les aventures du mercenaire se déroulent alors qu’il porte déjà le costume mais son histoire est racontée via des flashbacks. Ce procédé dynamise le film et nous garde concentrés.

Fuck your X-Men bullshit Colossus

Deadpool tire sa force de son casting. D’abord Ryan Reynolds joue la carte de la rédemption. C’est le premier qui a des comptes à rendre au spectateur. Il joue son rôle à la perfection. Son interprétation dans le film The Voices nous en donnait déjà un aperçu. Il est épaulé par Morena Baccarin dans le rôle de Vanessa qui est sa copine. Elle aussi joue juste et les deux se complètent très bien. Ensuite, on retrouvent T.J. Miller (Transformers, Silicon Valley) dans le rôle de Weasel. C’est le pote marrant du film et ses vannes font mouche. Tout comme dans l’excellente série Silicon Valley. Les ennemis de Deadpool sont incarnés par Ed Skrein et Gina Carano qui sont respectivement Ajax et Angel Dust.

Deadpool fait également le pont avec la licence X-Men puisque deux mutants se sont joints au combat du mercenaire contre Ajax et Angel Dust. Il s’agit de Negasonic Teenage Warhead (Brianna Hildebrand) et Colossus (Andre Tricoteux). Les deux apportent une dimension un peu plus large et nous laisse imaginer une collaboration plus large avec les X-Men. C’est d’ailleurs ce qui est envisagé depuis l’abandon de Fantastic Four 2. Les scènes de combats du trio infernale sont explosives et très bien chorégraphiées. Vous aurez le droit à une confrontation mémorable entre Angel Dust et Colossus ainsi qu’un duel épique et plein d’agilité entre Ajax et Deadpool.

Je m’appelle Ryan Reynolds et j’ai des comptes à régler

Dès les premières secondes Deadpool donne le ton, Ryan Reynolds et Tim Miller opte pour un générique d’intro façon Time Freeze d’une des scènes principales du film. L’autodérison et l’humour sont de mise on sait déjà à quoi s’attendre pour la suite. J’ai beaucoup apprécié cette volonté de jouer la carte de la différence et de s’écarter des codes de films de super-héros habituels. Car oui, Deadpool est différent, du début à la fin. Même le générique de fin est créatif et reste, d’après mon collègue MehdinhoElBarr, fidèle au matériaux d’origine. La bande son est top également. On y trouve du DMX, Salt’N’Pepa, George Michael ou encore Jucie Newton. C’est frais et le tout fonctionne parfaitement.

L’atout numéro un de Deadpool, face aux autres films de super-héros, c’est sa violence et son langage grossier. Putain ça fait du bien ! L’an dernier déjà Kingsman était de la même veine et s’est classé premier de mon top 10 des films favoris de l'année 2015. Des têtes qui volent, des démembrements, du sang. C’est bon de lâcher prise parfois et Deadpool nous donne cette opportunité, ne vous en privez pas. Laissez les enfants à la maison et allez vous défouler.

Pour les personnes qui suivent l’actualité cinéma, vous n’aurez aucun mal à trouver toutes les références que fait Ryan Reynolds à travers le film. Monsieur a des comptes à régler et le fait intelligemment. Il soulève les problèmes de financement du film, la nullité du Deadpool de 2009 et même le rôle qu’il a tenu dans Green Lantern en 2011. Gardez l’oreille tendue, vous allez vous délecter d’écouter Ryan Reynolds cracher toute sa haine ou sa rancune pendant le film. Et le tout est fait en s’adressant directement au spectateur. c’est une des marques de fabrique du héros dans les comics et ça aurait été un suicide commercial de ne pas le mettre en place dans le film.

Deadpool Trailer Red Band VOSTFR

17

Deadpool est l'un de ces films sortis de nulle part. Un petit ovni cinématographique qui ne sert qu'à divertir le spectateur. Pas comme les autres films car Deadpool a été réalisé pour les fans et non pour l'argent. Il représente l'aboutissement d'un travail de 11 ans qui se révèle être un morceau de fun, de sang et d'action. Laissez les enfants à la maison et allez vous faire plaisir. On ne peut que vous le conseiller.

Sujets : Deadpool critique Deadpool Ryan Reynolds 20th Century Fox films super héros Marvel

D'autres Critiques

Commentaires