Suivez-nous sur :

Interview : Tony Valente le papa du manga Radiant répond à nos questions

Dans News par MehdinhoElBarr, le 09 Jan. 2016 à 17:17

Aujourd'hui, Revue Multimédia vous propose une interview de Tony Valente l'auteur du manga Radiant. A vos balais !

Après avoir lu les quatre tomes de Radiant, nous avons pu interviewer le papa de ce très bon manga Made in France : Tony Valente.

Tony Valente

Sans plus attendre, place à l'interview :

Revue Multimédia : Comment raconterais-tu Radiant à quelqu'un qui souhaite découvrir ce manga ?

Tony Valente : Radiant c'est un shônen manga plutôt axé sur une quête initiatique d'un héros qui se nomme Seth. C'est un apprenti sorcier, il est dans un univers où il y a des monstres qui pleuvent, on ne sait pas trop d'où, on ne sait pas ce qu'ils font mais en tout cas ils font beaucoup de mal. Le peu de survivants pendant ces attaques de monstres, réussissent à manier une espèce de sorcellerie qui s'appelle Fantasia. Ce qui fait d'eux des gens rejetés mais aussi les remparts naturels contre les monstres puisqu'il n’y a qu’eux qui peuvent résister aux monstres.
Seth fait donc parti des infectés et naturellement, il trouve sa place parmi les chasseurs de monstres. Mais lui au lieu de chasser les monstres, il va essayer de trouver le Radiant qui est l'origine mythique de ces monstres mais on ne sait pas s’il existe et où il se trouve. C'est donc une grosse quête que Seth entreprend dans laquelle il va essayer de combattre un peu les monstres et surtout les préjugés.

Radiant Histoire

Revue Multimédia : Comment l'idée de faire ce manga t'es venue ?

Tony Valente : Je voulais faire du manga depuis très longtemps mais j'ai commencé par de la bande dessinée. Pendant que je faisais mes BD, j'avais eu un petit épisode dans une de ces dernières qui concernait un groupe de parias qui était caché dans des montagnes.
La BD en question se passait dans le Japon féodal et ça parlait de ninjas. Il y avait une province au Japon où des gens qui visiblement d'après la légende étaient déformés. Je me suis donc servi de ça pour faire une espèce de Cour des Miracles où il y avait des esclaves en exil qui étaient là-bas, les gens déformés et des gens qui ne trouvaient pas leur place dans la société. Ils étaient donc tous parqués là-bas et finalement ce thème secondaire prenait dans ma tête plus d'importance que le thème principal et ça devenait ce qui m'intéressait le plus.
Donc comme je voulais faire du manga, le sujet est très vite venu autour de cette thématique : parler d'un petit groupe d'exclus qui n'ont pas leur place. Après, quand j'ai créé l'univers avec les monstres et la sorcellerie, je me suis dis c'est parfait, j'ai un petit groupe de sorciers qui se fera chasser par l'inquisition et ils doivent lutter contre les préjugés et trouver leur place dans une société qui ne veut pas d'eux. Du coup, d'un thème secondaire d'une BD, c'est devenu le thème principal de Radiant.

RM : Dans Radiant, la présentation des personnages, le chara-design notamment celui de Von Teppes et le Radiant une sorte de mythe font tous penser a des éléments présents dans One Piece, le manga de Eiichiro Oda. Est-ce que tu t'en inspires ?

TV : One Piece c'est tout simplement ma série préférée, ce qui fait que c'est ma plus grosse influence. Dans One Piece, le fait qu’Oda présente ses personnages d'une façon simple et efficace a donné lieu à toute une école de mangas où les mecs font ça de la même manière. Quand on présente un univers qu'on ne connaît pas, c'est un outil qui est vachement plaisant. On présente directement le personnage, son rôle, le background dans lequel il évolue et après on peut passer à autre chose. C'est le type de série que je voulais faire.
Ça ne correspondrait pas à toutes les histoires que j'ai envie de raconter mais pour l'univers de Radiant si. Et en plus de ça après pour le Radiant que Seth recherche, à la fin du tome 4 j'ai essayé de remettre les choses en place, c'est vrai qu'à la vue de One Piece, on a tendance à extrapoler l'histoire de Radiant, et beaucoup pensent que l'histoire de Seth est qu'il veut devenir le meilleur sorcier en trouvant le Radiant mais c'est pas du tout ça. Seth ne cherche pas à faire du sport, pas à être le meilleur des sorciers, d'ailleurs il ne le dit jamais et ce n'est pas son but. Il veut juste trouver la source des problèmes et la réduire à néant. Du coup en ce sens c'est très éloigné de One Piece finalement.
Seth sait très bien qu'il n'est pas le plus fort et il ne cherche pas à améliorer ça, il n'a pas de problème d'égo. D'ailleurs comme dans tout bon shônen, à la fin du tome 4 un sorcier lui propose de participer à un tournoi et Seth refuse tout simplement parce qu'il s'en bat la race. En parallèle, il ne croit pas être le plus fort ni être invincible, mais ce n'est pas la raison du refus. Bon après il met une mandale au sorcier mais ça c'est parce que Seth est susceptible (rires) et c'est très différent.

Radiant Von Teppes

RM : T'es-tu inspiré de références historiques pour Radiant ?

TV : Oui beaucoup, enfaite l'univers m’est venu de plein de choses que j'aime dans le folklore et les contes européens. D'ailleurs dans le tome 2 je parle d'une joueuse de flûte qui fait référence directement à un conte qui s'appelle « Le Joueur de flûte de Hamelin » et je développe le même type de problématique à ma manière. En dehors de ça, ce que j'ai voulu créer comme étant la faction adversaire au héros, les inquisiteurs, ne sont pas les « méchants ». Si on fait un parallèle avec One Piece, on se rend compte qu’il y a des mecs de la marine qui sont très bien. L'univers de Radiant n'est pas manichéen.
Pour revenir aux références, le vieux Yaga que l'on voit dans le tome 1 est inspiré du comte russe Baba Yaga. Dans les inquisiteurs j'ai pris des références pour quasiment tout parce qu’en lisant les histoires sur les sorcières et les inquisiteurs, je me suis aperçu qu'il y avait des personnages tout désignés. Par exemple, Konrad de Marbourg était le premier grand inquisiteur allemand, c'était un fanatique qui a créé le mythe des sorciers tel qu'on le connaît aujourd'hui. Il a inventé des trucs pour pouvoir chasser certaines personnes. Dans Radiant, il invente une histoire pour justifier le fait qu'il a trucidé toute une partie de la ville.
J'ai donc pris certains attributs de ces personnages pour créer mes personnages. Parfois je les nomme pareil et des fois je modifie le nom d'origine. Par exemple, Torque le grand inquisiteur vient de Tomas de Torquemada. En gros, je fais une salade de tout ce qui m’intéresse dans cette culture et après je radiantise tout ça (rires).

 

RM : T'inspires-tu de tes expériences personnelles et/ou de l'actualité pour certains éléments de Radiant comme par exemple le sujet de la discrimination ?

TV : Je me sers de ce que j'ai vu au contact de mes camarades et de ce que j'ai vécu un peu. J'ai grandi dans une cité où du coup j'ai été exposé parfois directement et indirectement avec mes potes à ce genre d'exclusion. Jamais rien de trop grave mais des petits trucs au quotidien qui font que j'avais envie d'en parler un petit peu.
Et puis au delà de ça, avec tout ce qu'on voit à la télé notamment avec des politiciens un peu raciste qui n'hésitent pas à balancer des trucs, je me suis dis je vais prendre ce parti là et mettre dans la bouche de Konrad que des choses que j'avais entendu dans les médias et ne rien inventer. Toutes les phrases de ce personnage sont prises dans l'actualité des cinq dernières années. Des fois je me refusais même à modifier les termes au milieu d'une phrase, ça me paraissait super chaud quand je l'écrivais. Mais c'est un sujet qui m'inquiète donc j'en ai fait un personnage.

Radiant Konrad

RM : Combien de temps va encore durer Radiant ?

TV : A la base Radiant devait durer 3 tomes, mais à partir du tome 2 on a vu que le manga fonctionnait du coup on était déjà parti pour en faire plus. Et c'est seulement à la fin du tome 3 qu'il y a une réelle problématique avec l'arrivée du personnage qui se nomme Piodon, c'est là où je rentre vraiment dans le fond de l'histoire. J'espère que l'histoire durera 15 ou 20 tomes après tout dépendra si le publique continue à suivre car c'est la principale condition.

RM : Tu connais déjà la fin de radiant ?

TV : Ouais, j'ai les grandes lignes, disons que j'ai 20 à 30% de l'histoire de Radiant. Je vois le sommet de la montagne et je vais y aller mais par quel chemin ? On verra.

RM : Le tome 5 c'est pour quand ?

TV : Je ne donne pas de date exacte mais j'aimerais pour le début de l'été 2016. Le top ça serait que j'en sorte deux par an, un pour l'été et l'autre pour l'hiver. Ça amènera un rythme assez régulier et c'est chouette pour la lecture.

RM : Penses-tu déjà à l'après Radiant ?

TV : J'ai plein d'histoires que j'aimerais raconter et la plupart j'arrive à les implanter dans Radiant. J'ai essayé de créer un univers qui me permette de tout faire rentrer. Mais j'ai aussi une idée pour un spin-off de Radiant. Pour l'instant je suis focus sur Radiant, c'est vraiment ce que j'ai envie de faire.

RM : Radiant est désormais édité au Japon aux éditions Asukashinsha, peux-tu nous expliquer comment ça c'est passé ?

TV : Ils ont acheté la licence comme nous par exemple quand on a acheté Naruto.

Radiant Japon

RM : Est-ce que c'était un objectif pour toi que Radiant se trouve un éditeur au Japon ?

TV : Ça n'a jamais été un objectif avoué, mais si on me posait la question «  T'aimerais bien que Radiant soit édité au Japon ? » Je pense que j'aurai répondu oui !
Mais pas une seule fois j’ai pensé que ça aurait pu être possible. J'avais plus pour objectif d’asseoir la série en France et d'avoir des lecteurs qui me suivent. Et quand on m'a dit que ça allait sortir ben j'en revenais pas. D'autant plus que quand je suis allé au Japon, j'ai pu voir que Radiant était rangé parmi les shônens japonais et très rarement mis à côté des œuvres non japonaises comme Batman. Pour moi c'est la cerise sur le gâteau, mais bon, elle commence à peser plus que le gâteau là ! (rires). il y a pas mal de professionnels du milieu qui sont venus me voir lors des dédicaces: critiques professionnels, réalistateur d'animation, light novelist, mangakas amateurs... Pour me dire qu'ils avaient lus et appréciés, c'est vraiment fou !

RM : Yusuke Murata le dessinateur de Eyeshield 21 et plus récemment One Punch-Man a fait la promotion du premier tome de Radiant au Japon en dessinant Seth, tu l'avais déjà contacté ou il est tombé sur Radiant au hasard ?

TV : Ça ne s’est pas fait au hasard, c'est mon éditeur qui le connaît un peu et qui lui a demandé d'appuyer le lancement de Radiant au Japon car c'est très difficile pour une œuvre étrangère de se faire connaître là-bas. Un grand merci à eux deux.

Radiant Yusuke

RM : D'après toi, le succès de Radiant est dû à quoi ?

TV : Alors ça si je savais j'en aurais fait avant ! (rires). Les gens me disent plein de trucs différents à chaque fois. Ce qui revient le plus c'est le travail effectué sur mes personnages. Beaucoup de personnes soutiennent Seth car ils s'identifient à lui ou à un autre des protagonistes de Radiant.

RM : C'est pour quand l'anime, les jeux vidéos et autres goodies sur Radiant ?

TV : Pour 13h37 exactement (rires). Non plus sérieusement on parle de dérivés petit à petit, c'est quelque chose qui est très dur à mettre en place surtout en France. Si une chaîne comme TF1 ou France 2 lance un anime sur Radiant, ils voudront tout contrôler, Seth n'aurait peut-être plus de corne, pas de population exclue, pas de problème d'immigration, pas d'inquisition car trop religieux. A priori, on ne verra pas de série TV Radiant à la télé. Mais j'ai d'autres pistes comme lancer une campagne de crownfunding pour financer un épisode pilote et essayer de faire une série. Mais ça ne sera fera pas avant quelques années, le temps que Radiant se fasse encore plus connaître internationalement.
Pour les autres types de dérivés, on devrait bientôt avoir des petites figurines. Je milite beaucoup pour que ce soit des produits pas chers car moi, je n’achète pas de figurines quand elles sont chères donc je ne me vais pas imposer ça à mes lecteurs. Parfois ils n'ont même pas d'argent pour acheter un manga donc je ne veux pas leurs proposer des figurines à 300€. Si les figurines se font, ça viendra dans quelques mois !

Radiant Anime

RM : As-tu fait des études spécifiques pour devenir mangaka ?

TV : Non, je n’ai fait aucune étude qui corresponde à ce que je fais, je n’ai pas pris de cours de dessins, je n'ai rien fait de tout ça. Donc ma technique c'est en autodidacte que je l'ai apprise en m'inspirant de pleins de trucs que j'aime comme regarder des peintures et des illustrations.

RM : Tu travailles seul ou tu as un ou des assistants avec toi ?

TV : Oui je travaille seul.

RM : Comment se passe une journée classique de travail pour toi ?

TV : Alors tout dépend de si j'écris ou si je fais du dessin. Par exemple quand j'écris, je vais dans des bibliothèques publiques pour me mettre dans l'ambiance d'écriture.
Je commence par lire des mangas et romans ensuite je commence à écrire toute la journée, en général je fais des sessions d'écriture pendant plusieurs jours d'affilé.
Quand je dessine, je me lève très tôt le matin et je dessine jusqu'à la fin de la journée avec une pause le midi. Je fais tout les crayonnés d'un coup et ensuite les encrages le tout sur quelques jours. Et souvent je travaille aussi le soir surtout vers la fin des albums tous les jours et même le week-end pendant plusieurs semaines. En faite ça s’accélère à la fin des albums à chaque fois.

RM : Quels outils utilises-tu pour dessiner tes planches ?

TV : Quand je fais le crayonné c'est sur du papier photocopieuse basique. Après pour l'encrage, je passe sur une feuille japonaise qui est de meilleure qualité qui porte le nom de papier Kent et je travaille avec la plume et de l'encre de Chine. Donc la plume c'est la plume G, célèbre depuis le manga Bakuman et même Toriyama en parlait. Donc c'est vraiment à l'ancienne : une plume, de l'encre et une feuille.
Après je fais les trames et speed line sur l'ordinateur (les traits de vitesse visibles sur un personnage qui montre qu'il va vite). A noter que les speed line je les ai faites à la main jusqu'au tome 2 ou 3. Maintenant je fais comme si j'avais un assistant, je les fais sur l'ordi donc dans un sens j'ai un assistant mais c'est moi (rires).

Radiant Speed line

RM : Quels sont les trois mangas incontournables que tu conseillerais à quelqu'un ?

TV : Alors ça dépendrai des gens, mais la je dirais comme ça Dragon Ball et One Piece en font parti. Et après au même niveau se battent pour moi Naruto, Fullmetal Alchemist. Mais je ne saurai vraiment pas quoi mettre en premier. Donc ça c'est pour les gens qui aiment les shônens.
Après il y a des trucs que j'adore comme Vinland Saga, Silver Spoon, Bleach et Eyeshield 21. Donc un top 3 j'aurai du mal... Donnes un top 1000 et je te le remplis (rires).

RM : D'après toi, est-ce que Dreamland de Reno a démocratisé le manga français ?

TV : Oh oui c'est clair ! Il y a eu quelques mangas français qui sont parus à la même période et le seul qui a fait vraiment du bruit au fur et à mesure des années et qui est resté c'est Dreamland. Donc on lui doit beaucoup parce que si lui n'avait pas eu de succès comme d'autres et bien il aurait fallu tout reprendre à zéro. Il a initié le manga français.

Dreamland

RM : Comment vois-tu l'avenir du manga européen ?

TV : Je suis persuadé que l'on va avoir la chance d'avoir de plus en plus d'œuvres. Chez les mangakas français je trouve pas mal de qualité chez eux. Certains dessinent très bien, d'autres font de bons rebondissements scénaristiques et il y en a qui ont des concepts très originaux.
Il y en a aussi que j'aime beaucoup moins mais je ne suis pas le genre de personne à dire : ouais ils ne devraient pas publier. Il y a de la place pour tout le monde, on est sur un terrain de jeu immense et pour le moment on est une poignée dessus donc venez tous ! (rires).
En plus je reçois des projets amateurs et qui sont vraiment de super qualité de la part de gens qui sont entrain de postuler auprès d'éditeurs.

RM : Que penses-tu de cette forme de gratuité que propose internet via les scans de manga ?

TV : Dans le fond je ne suis pas complètement contre, il paraît que ça a fait connaître des séries avant qu'elles ne sortent dans des pays. En ce sens si c'est le cas c'est super. Après me concernant, je sais que je me force à ne pas le faire car je sais le boulot que ça représente et surtout que si Radiant n'est pas acheté et bien je ne gagne pas d'argent et donc éventuellement si tout le monde me lisait en scan je ne pourrais pas faire ce que je fais. Donc si la totalité des gens commence à faire ça, on va tomber dans un système d'amateurisme, certains feront ça bien mais ce sera en plus d'un boulot à côté parce qu'on ne pourra plus vivre de nos ventes de mangas.
J'essaie de voir comment on pourrait proposer des solutions qui conviennent à tout le monde. Par exemple, on a déjà des personnes qui proposent des mangas gratuits mais qui sont financés par de la publicité et je pense que c'est une très bonne chose. La même chose avec le streaming d'animes comme sur Crunchyroll ou Wat tv et ça c'est cool car ils ne rentrent pas complètement dans leurs frais mais ils font l'effort de proposer du gratuit pour contrer le piratage.
Donc moi quand je vois un truc qui m’intéresse je passe par ces réseaux là étant donné que ce système essaye de trouver une solution qui rémunère les auteurs. Moi ça m'emmerderai de voir que des séries comme Kill la kill n'est pas vu le jour parce que le mec n'aurait pas eu assez d'argent pour le faire.
J'encourage les gens d'aller en bibliothèque car quand tu empruntes un livre c'est gratuit pour toi mais l'auteur va toucher une petite rémunération. Comme moi par exemple qui touche quelques euros sur mes anciennes œuvres, alors c'est plus symbolique qu’autre chose mais ça te montre que des gens ont emprunté tes livres et donc ça encourage ce système à exister. On paye des impôts pour ça alors profitons-en !

RM : Tu habites à Montréal au Canada, quand reviendras-tu en France pour une convention ?

TV : J’imagine que je serai à la Japon Expo 2016, ça se décide deux mois avant. Mais sinon je serais présent en Belgique au Made in Asia 2016 qui aura lieu du 11 au 13 mars 2016 à Bruxelles.

Made in Asia 2016

RM : Une dernière question que tu aurais aimé que je te pose?

TV : Non je ne crois pas (rire).

RM : Merci à toi de nous avoir accordé un peu de ton temps, on te souhaite bon courage et de la réussite pour Radiant et à la prochaine !

TV : Merci beaucoup à bientôt !

 

Encore merci à Tony Valente pour cette interview, j'espère que ça vous aura plu, ce mangaka représente l'empathie par excellence pour ses lecteurs et vous propose un très bon manga Made in France qu’on n’avait pas vu depuis Dreamland alors n'hésitez pas à rejoindre l'aventure avec Radianta aux éditions Ankama qui est disponible un peu partout dans les librairies. Djana !

Ps : Curry si tu as tout lu, voila une personne de plus qui conseille One Piece et qui plus est un mangaka !

Radiant Seth

Sujets : Manga Manfra Radiant Tony Valente Interview Ankama Tome 1 Tome 2 Tome 3 Tome 4 Tome 5 Seth Japon Yusuke Murata Radiant anime Radiant Manga Radiant Figurine

D'autres News

Commentaires