Suivez-nous sur :

Test Pro Evolution Soccer 2016 : Le roi déchu de retour sur le trône ?

Dans Tests par Anathyn, le 17 Sept. 2015 à 01:13

PES 2015 avait signé un retour retentissant de la licence sur le devant de la scène, qu’en est-il de l’opus 2016 ? Réponse dans le test ci-dessous.

PES 2016 sort aujourd’hui dans nos vertes contrées sur PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One et PC. Agréable à jouer sur sa dernière démo en date, Pro Evolution Soccer 2016 se doit de confirmer après un opus 2015 de bonne qualité. Le titre de Konami ouvre logiquement le bal cette année et déclenche les nouvelles hostilités avec son concurrent direct Fifa 16 qui sera prochainement testé dans nos locaux. Alors que vaut réellement cet épisode ? Penchons-nous dessus immédiatement.

pes 16

UN CONTENU QUASI IDENTIQUE

Pas de bouleversement dans les menus, on reste dans la lignée du précédent volet, il se découpe en 5 onglets distincts. Le premier est intitulé Match, il propose des matchs d’exhibition, du classique. Différents types de matchs en ligne sont proposés, rapide, divisions sur 10 matchs, amicaux à deux joueurs, amicaux jusqu’à 22 joueurs. Le deuxième onglet Compétition propose de s’éclater sur les coupes suivantes : UEFA Champions League, Copa Libertadores, UEFA Europa League, Copa Sudamericana, AFC Champions League (Ligue des champions d'Asie), un championnat, ou la fameuse Coupe Konami. Certains modes souffrent d'un manque de licences au niveau des championnats, nombreuses équipes anglaises sont concernées.

Le quatrième onglet Football Life soumet les modes MyClub, Ligue des Masters et Vers une Légende. Quelques petites retouches ont été apportées mais globalement, ça n’évolue pas tant que ça. Le mode MyClub apporte néanmoins son lot de nouveautés, chaque membre de votre équipe pourra progresser avec un système de niveau par exemple, il pourra donc devenir plus fort avec de l’expérience. La ligue des masters reste aussi une valeur sûre de la série. Elle possède d’ailleurs de nouvelles fonctionnalités vraiment intéressantes. L'interface a été corrigée et intégralement revue afin de donner un aspect plus professionnel et crédible. Le système de transferts est lui aussi mieux adapté. Extras, le dernier onglet, propose des entrainements toujours aussi peu passionnants si on compare le mode avec celui de Fifa. Il est toujours possible de modifier les noms des joueurs et équipes, toujours appréciable. Les paramètres et options ferment la catégorie.

pes 2016

UN GAMEPLAY AU POIL

Les championnats sud-américains comme celui du Brésil et du Chili apparaissent. Les grands championnats européens comme l’Angleterre, l’Espagne, l‘Italie ou la France sont toujours de la partie, rien à changer. Le contenu global de ce PES évolue peu, on sent que Konami s’est davantage concentré sur le gameplay. Les animations des joueurs ont été revues à la hausse, bien plus réalistes elles demeurent le point fort de cet opus. Le nouveau panel de mouvements confère au jeu un plus non négligeable au niveau des sensations. Le rythme des parties s’est également accéléré, et se base davantage sur la vitesse cette année, on apprécie grandement. Le spectacle est au rendez-vous, mener rondement une action procure un certain plaisir.

Le physique contribue à des duels d’anthologie entre joueurs contrairement aux précédents volets ou au moindre contact il ne se passait rien. Là, vous pouvez jouer des coudes pour bousculer un adversaire ou vous placer dans le jeu aérien. Les passes et tirs engendrent également de bonnes impressions, une belle sensation de puissance se dégage lors d’un tir effectué. La physique de la balle est au top et se targue d'être réaliste. L’IA a nettement évoluée pour le meilleur. Les joueurs, défenseurs ou attaquants, se positionnent bien mieux sur les appels de balle et prennent bien mieux les espaces. Ces derniers sont plus restreints, il faudra jouer de stratégie pour en libérer. Les gardiens sont bien plus intelligents et ont la mauvaise manie de stopper mes jolis tirs. Les défenseurs sont bien plus coriaces, ils réalisent des tacles bien plus efficaces sur nos attaquants qui ont d’ailleurs tendance à laisser quelques jambes sur le terrain. Vous l’aurez compris, le gameplay de PES 2016 s’est clairement étoffé dans le bon sens.

pes 2016

Tout n’est pas si rose, parlons un peu de l’arbitrage. Pas toujours reluisant et un brin laxiste, c’est le moins que l’on puisse dire. Les tacles assassins sont rarement sanctionnés. A contrario, les petites fautes donnent parfois lieu à des cartons injustifiés. Autre point faible du titre, ses commentateurs. Malgré tout le respect qu'on peut avoir pour Grégoire Margotton et Darren Tulett, ils restent très mauvais dans ce PES 2016 et n’apportent rien ou très peu. “Il tire, non c’est à côté”...qui se souvient ? Un changement de langue s’impose immédiatement dés le lancement d’une partie. On me murmure dans l’oreillette que le contrat qui lie les commentateurs et Konami arrive à son terme. Enfin on notera que les faces à faces sont assez simples et les frappes enroulées trop faciles à réaliser. Marquer après une action bien construite procure plus de fierté.

Test PES 2016 Konami juventus as roma

LE FOX ENGINE FAIT DES MERVEILLES

Le titre de Konami en impose techniquement. La modélisation des stars du ballon rond est superbe. Ronaldo, Messi, ou encore Di Maria ressemblent à s’y méprendre à leur modèle réel. D’autres stars sont néanmoins laides, petite pensée à David Luiz qui fout les jetons. Le rendu des stades est en général de bonne facture. Ces derniers sont bien plus peuplés, les effets de lumière sont splendides. On regrette simplement le fait qu'on ait accès uniquement à 11 stades officiels plus dix non officiels. Pour les stades français, il faudra encore repasser. Les conditions météorologiques ont été revues et apportent un surplus de réalisme au jeu. L’ambiance a été rectifiée, et donne plus d'émotions notamment lors de la rentrée des joueurs dans un stade. Les célébrations sur choix arrivent enfin, pour plus de fun. Narguer un ami avec une célébration unique n’a pas de prix, on est d’accord. Le rendu général est vraiment très bon. De ce côté, Pro Evolution Soccer 2016 fait le job et assure l’essentiel. On lui en demande pas plus. 

Notre test vidéo de Pro Evolution Soccer 2016

Les plus

  • Gameplay fluide et précis
  • Réalisation solide
  • Physique de balle réaliste
  • IA performante
  • La ligue des masters
  • Sensations retrouvées
  • L'animation des joueurs

Les moins

  • Les contrôles gyroscopiques
  • Darren Tulett et Grégoire Margotton
  • Peu d'évolution au niveau du contenu
  • L'absence de certaines licences
17

Ce Pro Evolution Soccer est une bonne cuvée. Après un épisode 2015 qui posait de nouvelles bases intéressantes, Konami confirme que la série est bel et bien de retour en premier plan avec l’opus 2016. Quel soulagement de retrouver des sensations perdues depuis Pro Evolution Soccer 6. Doté d’un gameplay aux petits oignons et d’une réalisation solide, le jeu de football pourrait prendre seul le trône à Fifa cette année si ce dernier ne relève pas la barre un peu plus haute. La bataille entre les deux géants du football est à peine commencée.

Sujets : test pes 2016 critique pes 2016 pro evolution soccer 2016 PS4 konami

D'autres Tests

Commentaires