Suivez-nous sur :

Critique Le Transporteur Héritage : On aurait préféré éviter de recevoir le colis

Dans Critiques par noxo., le 09 Sept. 2015 à 01:17

Le Transporteur : héritage est maintenant dans les salles obscures françaises et c’est l’occasion pour nous de vous proposer une critique qui risque de piquer.

Ce nouveau volet de la saga Le Transporteur change du tout au tout. La dernière fois qu’on a eu l’occasion de voir Frank Martin à l’écran remonte tout de même à 2008. Sept longues années nous séparent du dernier volet où Frank Martin était incarné par l’excellent Jason Statham. Ce nouveau volet est réalisé par Camille Delamarre qui a par ailleurs déjà participé au Transporteur 3 dans le rôle de monteur. Disons qu’il ne partait pas sans ressources pour la gestion du dernier né de la saga.

Côté histoire, on commence d’entrée de jeu par un flashback remontant à 1995. Pourquoi ? Aucune idée. Utilité ? Aucune réellement puisqu’on y apprend rien qu’on aurait pu savoir en 2015. Ce bon dans le temps n’a servi à rien selon moi donc ne vous inquiétez pas, si vous arrivez 3 minutes en retard à la séance, vous n’aurez rien loupé.

On reste ici sur quelque chose d’assez basique dans les grandes lignes de l'histoire. Il y avait beaucoup de vu et de revu, de la prise d’otage pour convaincre l’acteur principal d’utiliser ses aptitudes contre son gré, des retournements de situation tous aussi prévisibles les uns que les autres, bref, tout est déjà vu. Aucun réel suspens quant au scénario, on a pas ces moments surprenants et on sait déjà comment ça va se terminer.

Par ailleurs, on retrouve plusieurs méchants qui s’avèrent être en fait être plutôt du bon côté pour peut être au final être peut-être du mauvais.. Enfin bref, c’est mal géré et on a pas de vrai vilain crédible comme dans les précédents épisodes. Je trouve ça vraiment dommage car ça manque de violence.

Au final ? Ce film me donne plus l’impression de regarder une belle publicité pour la Audi S8 d'une durée de 1h37. Elle est magnifique avouons-le mais au bout d’un moment stop. J’ai compté seulement deux courses dans le film et côté combats, on monte tout juste à 5/6 scènes dont 2 ou 3 qui ne dépassent pas la minute.

Quand on ne peut pas faire mieux on ne fait pas

Ce qui me déçoit énormément sont les scènes de combat qui ont été reproduites de la même manière que ce qu’on a pu apprécier avec Jason Statham lorsqu’il jouait le rôle de Frank Martin. Ed Skrein, qui a repris le rôle, ne dégage pas ce charisme qui faisait le charme du Transporteur niçois.

Il n’est pas dans la peau de son personnage, on sent qu’il lui manque cette touche que seul Statham maitrise. Côté combats, rien n’est crédible. La synchronisation des coups est quelques fois loupée (à ce niveau là, c’est inacceptable selon moi) et comme je le disais plus haut, c’est du déjà vu. Les mouvements, les accessoires utilisé, rien n’est surprenant à part une scène… qu’on peut voir dans la bande-annonce. Waou c’est dingue ça !

Sans être mauvaise langue, pour moi c’est bel et bien Ed Skrein qui gâche le plaisir du film. Quelqu’un qui n’aurait pas regardé les 3 volets précédents pourra probablement apprécier le film mais il est très loin derrière ce qu’on a connu.

A mon goût, celui qui relève le casting est sans aucune hésitation Ray Stevenson qui joue le rôle du père de Frank. Il est celui qui apporte cette classe et cette touche d’humour parfaitement dosées pour avoir ce sourire au coin des lèvres le temps de quelques secondes durant un film très plat.

Est ce que le film répond aux attentes ?

Clairement, ma réponse sera non. La doublure des personnages est sur plusieurs plans complètement loupée. Les lèvres bougent encore sans paroles. Par ailleurs, on peut deviner certains mots en anglais qui sont traduits complètement à côté de la plaque. La bande son quant à elle est tout simplement minable. Elle ne nous met absolument pas dans l’ambiance du film et se contente de petites instru répétées sans réel intérêt.

La belle Audi S8 du film est toujours dans un état irréprochable. Elle casse des bouches à incendie, des portes, des vitres et non, tout est toujours en excellent état. C’est bien ça qui m’a déçu car tout au long du film, on ne voit pas la voiture amochée contrairement à certains films (par exemple : Need For Speed) où la voiture principale du film se fait complètement détruire au fur et à mesure qu'on approche de la fin.

D’autre part, quand on voit des voitures de marque Peugeot 307 ou 807 réussir à chasser une Audi S8 qui montre 220km au compteur, on peut tout de même se poser des questions. Vous me direz qu’elles peuvent elles aussi grimper à cette vitesse mais là non. Pas aussi vite. Côté technique, il manque cette touche de « Fast And Furious » qui arrive à nous faire ressentir ces effets de vitesse manquants dans Le Transporteur : héritage.

Maintenant que tout est dit, avant de vous laisser peut-être vous diriger en salles pour voir le film, je vous invite à découvrir la bande-annonce officielle.

10

Un film qui n'hérite en rien des précédents volets puisqu'il est beaucoup moins impressionnant. Peu de nouveautés à l'écran, rien de bien exceptionnel, la réalisation n'est pas parfaite et il manque ce petit quelque chose pour nous garder attentif durant une heure et demi. Entre un acteur pas convainquant et des scènes mal jouées, peut clairement se dire que le transporteur ne réussi pas sa mission.

Sujets : Le Transporteur héritage critique Le Transporteur héritage Jason Statham Ed Skrein Ray Stevenson Camilel Delamarre Europacorp critique Transporteur 4

D'autres Critiques

Commentaires