Suivez-nous sur :

Critique Jurassic World : Presque magique

Dans Critiques par Curry, le 13 Juin. 2015 à 21:41

Découvrez notre critique de Jurassic World de Colin Trevorrow. Arrivé 20 ans après Jurassic Park, le film est-il à la hauteur ? Verdict !

En 1993 sortait Jurassic Park de Steven Spielberg. Le film a posé les bases d'une franchise de très belle manière et avait impressionné à l'époque pour la modélisation parfaite des dinosaures. Jurassic Park a été suivi de deux suites qui n'ont pas été à la hauteur du premier volet. Mais 20 ans après, voilà que Jurassic World débarque au cinéma pour rescusciter la franchise.

Un scénario qui traine en longueur

Dans Jurassic World, la menace est l'Indominus Rex, un dinosaure créé artificiellement qui est le fruit d'une modification génétique. Il est doté d'une intelligence assez impressionnante qui lui permet de créer un certain vacarme sur l'île. La gérante de l'île Karen (Bryce Dallas Howard) fait alors appel à Owen Grady (Chris Pratt) pour tenter de résoudre la situation. Le film tient sur un rythme en dents de scie qui porte le spectateur à confusion. On rentre dans le film et on en ressort aussitôt. Ajoutons à cela un scénario qui traîne en longueur et qui a tendance à nous laisser piquer du nez et vous obtenez ce que Jurassic World offre au niveau de l'intrigue. C'est dommage puisque derrière le fait que Colin Trevorrow joue parfois la carte de la facilité, on sent que se cache derrière une part de génie.

Indominus Rex Jurassic World

Un casting pas au meilleur de sa forme

Jurassic World possède un beau casting sur le papier. La réalité est tout autre à l'écran. Ayant vraiment apprécié l'interprétation de Chris Pratt dans Les Gardiens de la Galaxie, je n'ai pas retrouvé cette fraîcheur dans Jurassic World. Chris Pratt joue son personnage de façon assez banale et ne lui donne aucune profondeur. Bryce Dallas Howard est dans le même registre. Omar Sy fait une apparition beaucoup plus remarquée que dans X-Men et c'est encourageant pour la suite de sa carrière aux USA. Côté humour, Irrfan Khan et ses gags en hélico nous donnent quelques sourires mais cela s'arrête là. Enfin, le rôle de Vincent D'Onofrio est plus que prévisible et sa présence dans le film n'est pas indispensable.

Vincent d'Onofrio Jurassic World

Un retour dans les années 90

S'il y a bien une chose qui m'a touché dans Jurassic World, c'est sa capacité et sa volonté à nous replonger dans les années 90. On sent dans le film quelque chose de "Spielbergien". Cela passe par l'ambiance mais également par la bande son forcément. Si vous avez vu Jurassic Park, vous aurez la chair de poule à l'écoute du thème musical mythique. L'arrivée au parc, les différentes attractions, tout est calibré pour nous émerveiller. Les nombreux clins d'oeil à Jurassic Park y sont également pour beaucoup. Vous sourirez seul comme un débile en revoyant certains lieux du premier film. Un retour aux sources qui fait du bien et qui apporte une distinction bienvenue à ce Jurassic World. Dommage que cet effet s'estompe dans la dernière demi-heure pour laisser place à un pur produit hollywoodien. Alors certes, visuellement c'est très impressionnant mais malgré tout on ne ressent pas les 20 années qui séparent les deux films. Les effets spéciaux de l'époque relevaient déjà du génie et les techniciens avaient réalisé des prouesses.

Jurassic World Water Scene

Un film à peine pour les enfants

Jurassic World est ce genre de film que l'on regardera tous en famille lorsqu'il sera diffusé dans une dizaine d'années à la télévision. Un peu à l'instar des Gremlins, Les Goonies ou Retour Vers Le Futur. Mais ne vous détrompez pas, le film peut heurter la sensibilitè des plus jeunes. On nous a vendu l'Indominus Rex comme un dinosaure sanguinaire. La production du film se devait de tenir ses promesses. On voit explicitement la bête dévorer ses victimes et même quelques effusions de sang. Un film pour les enfants certes mais pas tout à fait.

Revoyez la bande annonce du film avant de le découvrir en salles.

 

13

Jurassic World déçoit par son casting et son intrigue plutôt fine. Cependant il réveille en nous quelques bons souvenirs et nous fait replonger en enfance le temps de 2h de spectacle et quelques longueurs. À voir mais pas absolument.

Sujets : Jurassic World Jurassic Park Steven Spielberg Jurassic World critique critique Jurassic World Colin Trevorrow

D'autres Critiques

Commentaires