Suivez-nous sur :

Critique Fast and Furious 7 : Un film Fast and Furious ni plus ni moins

Dans Critiques par Curry, le 04 Avr. 2015 à 14:09

Après le décès tragique de Paul Walker en novembre 2013, Fast and Furious 7 débarque en salles avec un an de retard. Verdict.

Le film était attendu par énormément de monde. D'une part car la sortie d'un film de la franchise Fast and Furious est toujours un événement et d'autre part car chacun ce demandait ce qu'il allait advenir du rôle du regretté Paul Walker. Ce deuxième point peut paraître embêtant et vous empêcher de profiter pleinement du film si vous vous y attachez trop. Qu'importe, on vient avant tout pour profiter de la nouvelle sortie de notre équipe favorite. 

Un scénario inexistant

Dans Fast and Furious 7, Dominic Toretto (Vin Diesel) et sa famille vont devoir subir la vendetta orchestrée par Deckard Shaw (Jason Statham). Ce dernier n'est autre que le frère d'Owen Shaw (Luke Evans) qui est à présent dans un état critique suite à ses mésaventures avec Dom et Hobbs (Dwayne Johnson), peu présent dans le film d'ailleurs. L'intrigue avait été posée dès le sixième film via une scène post-générique. On y voyait Deckard Shaw éliminer Han à Tokyo. La production avait habilement rebondi sur les évènements de Tokyo Drift pour donner un second souffle à sa franchise. Astucieux ! Le problème est qu'au final le film n'a pas grand chose à offrir en terme d'intrigue. Alors pour combler ces lacunes scénaristiques, on nous bricole une histoire qui mèle services secrets et système de hacking afin de dynamiser le tout. Râté, cela ne suffit pas à masquer le manque d'ambition des scénaristes. Et c'est bien dommage après les efforts mémorables qu'ils ont fourni pour redorer le blason de la franchise.  

Et sinon il est où Jason Statham ?

Autre déception et non des moindres, Jason Statham lui-même. Son personnage est trop peu présent à l'écran. Annoncé comme le grand vilain du film, il ne fait ici que de la figuration. Pourtant la scène d'intro du film lui est dédiée et annoncait clairement qu'il allait foutre un bordel monstre. Et bien une prochaine fois peut-être. Comme le souligne d'ailleurs noxo., présent lors de la projection, Deckard Shaw ne suscite que très peu la peur. Aucune scène ne le rend effrayant et c'est bien regrettable. Reste qu'il fait le boulot en terme de scènes d'action et de combats rapprochés. Une minimum me direz vous.

Deckard Shaw Fast and Furious 7 Jason Statham

Une famille toujours aussi soudée

C'est clairement de ce point que provient la force du film. La plupart des acteurs se connaissent depuis plus d'une décennie aujourd'hui. Cette alchimie se ressent parfaitement à l'écran. Chacun des protagonistes suit son propre axe narratif. Lety (Michelle Rodriguez) tente de retrouver la mémoire au contact de Dom. Mia (Jordana Brewster) attend un second enfant et tente de faire reprendre une vie normale à Brian (Paul Walker). Roman (Tyrese Gibson) et Tej (Chris 'Ludacris' Bridges) sont les atouts humoristiques du film. Surtout le premier cité qui nous a offert une séquence "Hyper Alpha" délirante. Et ce n'est pas la seule, il saura vous offrir quelques rires de plus. C'est sa marque de fabrique. Les seconds rôles ne sont pas transcendants mais complètent bien le casting. Kurt Russell semble avoir pris du plaisir dans la peau d'un agent secret, Tony Jaa nous offre quelques séquences de combat dont il a le secret. Quant à Nathalie Emmanuel (Missandei dans Game of Thrones), elle a un rôle un peu plus important à jouer et aura à faire à un Djimon Hounsou qui la traque tout le long du film.

Fast and Furious 7 family

La démesure totale

Les trois derniers films Fast and Furious ont marqué par leurs scènes spectaculaires poussées à l'exagération. Cela a été crescendo. Dans Fast Five, les deux héros traînent un coffre fort attaché à leurs véhicules dans les rues de Rio. Ensuite, Dom attrape Lety - éjectée d'un tank - en plein vol à plus de 100 mètres du sol au dessus d'une autoroute (même à l'écrit ça paraît irréaliste). Puis voilà que maintenant des supercars se mettent à jumper de building en building sous les tirs d'un lance grenades. On joue dans la démesure et même si ces scènes paraissent abusées pour certains, elles sont devenues la signature de la franchise. Il faut avouer que l'on s'ennuierait pas mal si tous les films jouait la carte du terre à terre. Ici, on a la droit à une succession de scènes plus irréalistes les unes que les autres. Le tout rythmé par une bande son qui fait mouche devant la caméra de James Wan (Saw, The Conjuring) qui a délaissé le cinéma d'horreur pour ajouter une nouvelle corde à son arc. C'est bien filmé et on le sent. C'est aussi pour ça qu'on paye une place de cinéma, non ? 

Fast and Furious 7 Abu Dhabi Scene

Ne vous y méprenez pas, le film reste tout de même très bon dans son registre et permet de s'aérer l'esprit avec une équipe que l'on accueillera toujours volontiers sur grand écran. Profitez en pour revoir la bande annonce avant d'aller voir le film.

 

15

Fast and Furious 7 est dans la continuité de ses prédecesseurs. Un cocktail d'action et d'humour porté par un casting au poil. Il remplit la mission qu'il lui est confiée, à savoir divertir et rend un vibrant hommage à Paul Walker.

Sujets : Furious 7 Fast and Furious 7 Fast and Furious Critique Fast and Furious 7 James Wan Paul Walker Vin Diesel Jason Statham Critique Fast & Furious 7

D'autres Critiques

Commentaires