Suivez-nous sur :

Critique Bob L'Éponge - Un héros sort de l'eau : Un divertissement pour les grands et les petits

Dans Critiques par Curry, le 22 Fév. 2015 à 21:14

Bob l'éponge revient sur nos écrans accompagné de ses fidèles amis et en images de synthèse. Le film mérite-t-il que l'on se déplace au cinéma ? Verdict.

Cela faisait dix ans que l'on attendait de revoir notre éponge carrée préférée sur grands écrans. Après un premier film réussi réalisé par Stephen Hillenburg, le créateur de l'anime, c'est Paul Tibbitt qui s'est attelé à la mise en scène de ce second opus. Le pitch ? Toujours identique à ce que l'on pouvait voir dans le dessin animé. Plankton veut s'emparer du célèbre pâté de crabe qui fait la fortune de Monsieur Krabs. Il allait enfin réussir sa mission mais le pauvre Plankton voit ses plans réduit à néant quand intervient Bob l'éponge. Alors qu'ils sont tous les deux à la lutte pour s'arracher la recette, celle-ci disparaît soudainement. C'est le pirate Steak Barbare qui s'en est emparé. Bikini Bottom subit alors les conséquences de ce désastre et c'est vite l'anarchie pour les sardines qui y résident. Nos héros vont donc devoir faire équipe pour réparer cette catastrophe. L'histoire est avant tout écrite pour les enfants. Les adultes le ressentiront. Mais le but même du film n'est-il pas de nous faire rire. Rassurez-vous, de ce côté le contrat est rempli. Ou du moins en partie car les gags sont par moments prévisibles. Reste quelques situations cocasses comme cette scène dans laquelle on visite le cerveau de Bob l'Éponge. En résulte une séquence totalement délirante qui rappelle fortement la phase psychédélique de 22 Jump Street.

bob l'éponge sponge bob poster

Ce qui fait avant tout la force du film, c'est bien évidemment le catalogue de personnages. Chacun d'entre eux à ses qualités et son humour. Monsieur Krabs raffole toujours autant du pognon, Bob est toujours aussi niais, Carlo a encore son air desintéressé et Patrick est fidèle à lui même. Même Sandy l'écureuil nous offre quelques sourires. Et comment oublier le seul et l'unique Gary. L'escargot de compagnie de Bob et ses miaulements nous avaient manqués. Malgré le fait que les personnages apparaissent pratiquement tous dans le film, le rôle de certains reste quand même anecdotique. L'aventure est avant tout celle de Bob et Plankton. Enfin il n'est nullement besoin de décortiquer la prestation d'Antonio Banderas dans son costume de pirate. Avec ce petit côté Jack Sparrow, l'acteur espagnol s'amuse et ça nous fait plaisir de le voir ainsi. C'est lui qui intéragit avec tous les personnages dans le monde réel.

sponge bob bob l'éponge

D'ailleurs, on y est bien peu dans le monde réel. La majeure partie du film se déroule sous les vagues. Un petit sentiment de frustation peut gagner le spectateur sachant que le titre laisse clairement supposer que l'histoire prend place hors de l'eau. Personnellement, je n'ai pas trouvé cela dérangeant. On fait un bon dans le passé et on revient au bon vieux dessin animé 2D qui a marqué notre enfance. Il est bon de rappeler cependant que la réalisation en temps réel est de très bonne facture. Les animations sont fluides et les interactions sont réalistes. On est loin de l'effet cheap (pas cher) auquel on pouvait s'attendre avec ce genre de film. Cela s'explique par le budget assez élevé du film. On parle de 66 millions de dollars dont une bonne partie a du passer dans le cachet d'Antonio Banderas. On ne boudera pas notre plaisir de passer un moment avec ces personnages cultes. Comme dirait Carlo "C'était court mais c'était bien quand même".

12

À l'heure où l'on se demande si les films d'animations sont réalisés pour les enfants ou les adultes, Bob l'éponge sort de l'eau saura contenter les petits et les grands. Avec une réalisation soignée et un humour qui fait mouche, Bob signe un retour gagnant. Pas inoubliable mais divertissant.

Sujets : Bob L'éponge Paul Tibbitt Nickeloddeon Antonio Banderas Bikini Bottom

D'autres Critiques

Commentaires